I’m back (a.k.a kikoo les aminches)

O gué les aminches, la vérité vous m’avez manqué. J’avoue. Les plus fidèles d’entre vous auront constaté en effet qu’un laps, un gap, un gouffre sans fond s’est creusé sous vos pieds depuis la publication de mon dernier post. Je sais même pas quand. La profondeur du truc, ça me tue. Genre trois mois au moins. Je suis vraiment une chienne infidèle. Hélas, hélas, l’absentéisme est bien le fléau de nos sociétés modernes.

Ce béant intervalle s’explique nonobstant par divers impondérables, du type vacances et rentrée, tentative d’écriture d’un roman (on y est presque) (et même y a vachement de scènes de cul trash dedans mais ça ne suffit pas encore pour convaincre les éditeurs) (nan en fait c’est une histoire d’amour, la lose tmtc que c’est pas ça qui fait vendre, je me suis endormie toutes les 3 minutes en regardant 50 Shades of Grey (oui j’ai regardé 50 Shades of Grey au prétexte fallacieux qu’il faut se tenir au courant des évolutions de la culture populaire, en vrai parce que j’espérais voir quelques scènes bien hot pour pallier à ma longue dèche sexuelle : eh ben tintin ! que c’est mauvais ! que c’est long ! que ça n’a aucun intérêt ! on a l’impression que Sade était un jeune kéké qui batifolait en tapotant les meufs avec des plumes. Ouais des plumes: Oui-Oui se met des plumes, voilà comment on pourrait résumer ce mémorable ouvrage ; vlà le fantasme, même pas ils ont essayé avec genre un pompon, pour changer ; sans oublier le côté « peu importe finalement ce qui se passe dans la tête des protagonistes, comme ils sont beaux et riches (enfin, lui), on comprend tout naturellement qu’ils finissent ensemble au pieu et tombent amoureux car chacun sait que l’amour n’a rien à voir avec un échange autre que de plumes »), bref cet ouvrage insipide est pourtant un best-seller : inutile de dire que j’ai vite compris que je finirai à compte d’auteur, oubliée entre d’autres œuvres négligeant l’aspect plumitif des relations sexuelles. Pour couronner le tout, un collègue à qui j’avais imprudemment filé l’adresse du blogue m’a expliqué que c’était vraiment de la daube ce que je fais et que c’est pas bien de parler de cul et qu’il allait tout balancer à toute la boîte ; bon c’est plaisir vu que je viens d’y arriver, dans la boîte, et que comme de bien entendu ses messages étaient gentiment anonymes, donc j’ai un peu flippé vous comprendrez.

giphy

Je marche nonobstant la tête haute

Bref, j’ai fait de l’introspection (et aussi un peu de tourisme sous le soleil de Saint Tropez, bleu marine et blue, ébloui pareil – que la personne qui a jamais compris les paroles de l’hymne d’ouverture de Sous le soleil parle maintenant ou se taise à jamais, merci bisous), et je me suis demandée comment tout de même, bon sang de bois et nom d’une petite queue (de cerise), il m’avait fallu une bonne trentaine d’années (saloperie, on n’est plus tout jeunes) pour me rendre compte que ce que je voulais dans la vie c’était être heureuse, et non pas (dans le désordre) : célèbre, riche, mariée avec des enfants, puissante.

Bon, par contre, j’aime les fringues, ça je garde. Mais sans dec, comment peut-on passer autant de temps à se préoccuper du prochain iphone au lieu de chercher enfin ce que nous sommes en profitant de nos conditions sybaritiques d’existence ? Les choses ont gagné dirait Jean-Jacques Goldmann. Qu’est-ce qui a merdé dans notre civilisation qui fait qu’au lieu d’en faire profiter les autres on en a fait des esclaves, des colonisés, des racisés ? Que les femmes ont encore l’impression d’être des moins que rien ou des putes à la petite semaine ? Que l’amitié (dont la bouche de chacun regorge pourtant) semble dans les faits un principe aussi mou que Paul le Poulpe et que vos amis vous plantent allègrement quelque saloperie dans le cœur sans même s’en rendre compte ? Marc-Aurèle a bien chié dans la colle, c’est moi qui vous le dis. Chacun pour son iphone.

Et en plus, la mé-mérde, c’est grave du boulot d’être heureux. Putasserie de l’existence.

Donc voilà, en fait j’étais occupée à poser les questions qui dérangent: Pourquoi déprimons-nous?, Stéphane Bern m’a tout de suite proposé une émission en prime time sur D8.

giphy

Car oui, la vie n’est que joie

En même temps j’ai une petite intuition que mes playlists « Absolute melancholia » constituées exclusivement de Barbara, Leonard Cohen, James Blunt, le Requiem de Mozart et Nirvana pourraient pousser même un crapaud au suicide. Le PSG perd tous ses matchs, on se demande à quoi sert l’argent sanglant du pétrole si c’est pour finir aux tréfonds du classement de la Ligue 1.  J’y peux rien, c’est ma phase ; j’attends avec impatience de pouvoir retrouver l’immense playlist « Pouffissima Absoluta » issue du concept de Shakira et qu’on me demande jusqu’en Pologne (mais finalement qu’y a-t-il en Pologne ? on se pose la question). Ah tiens, Mike Brant ! Bon sang j’ai un tel respect pour mes appétences musicales, on dirait un accouplement entre Dédé le Garagiste et Séléné la chargée de prod (j’ai jamais trop rien su de ce qu’était un chargé de prod, mais ça a l’air branché) Qui saura qui saura qui sauraaaaaaaaaa.

Oui, qui saura?

Bref, reminder pour la life : arrêter de bosser le samedi soir, c’est pas bon pour le moral.

Keep posted les aminches, I’m back, donc. Love ya.

3 réflexions sur “I’m back (a.k.a kikoo les aminches)

  1. C’est bien bon de te revoir/relire!!! Également en pleine phase trentenaire de c’est quoi le bonheur ;-)!! Pour le moment cela inclut beaucoup de vin rouge et de raclette…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s