De la stachemou

Parce que le poil, c’est important.

D’ailleurs, ce blog a déjà pris courageusement position sur ce point, et plus précisément sur la question de l’épilation (du poil, du poil, du poil!) (c’est ici). Oui, le racolage bat son plein. Sexe, tauromachie, moustache, que sais-je encore, tout est bon dans le cochon racolage de mes adorés lecteurs. Vive le buzz.

Cela dit, je vois assez mal POURQUOI la moustache fait le buzz. Plus précisément, les hipsters s’en sont récemment saisis comme d’un truc de la branchitude (mais soyons précis: la moustache était 2010) (aujourd’hui ne la portent plus que les formes abâtardies du hipster, soit les bobos 3.0 – voir plus bas). De façon très générale et pour clore la discussion d’emblée, la stachemou c’est pas mon truc. En Inde, le pays de la moustache généralisée, les hommes ont dû tomber amoureux de Magnum dans les années 80, je ne vois pas d’autre solution.

Bon sang, les enfants, ce spectacle de milliers d’hommes moustachus, c’est extrêmement éprouvant pour les nerfs, je ne vous dis que ça. M’en suis pas remise. Une minute de silence pour ma cousine qui a supporté pendant plusieurs années avant de fuir loin de cet atroce appendice. Le truc, quand même, c’est D’OÙ un pays d’un milliard d’habitants a décidé unilatéralement que cet organe pileux était sexy, HEIN? Et puis, plus la moustache est large, plus ils se sentent BEAUX. Le truc, c’est que du coup tu rates l’essentiel, à regarder toutes ces moustaches qui t’entourent, croyez-vous qu’il y a moyen de regarder autre chose? Apparemment cet appendice est considéré comme un symbole de virilité (grande moustache, grande…?) et de fierté nationale. Cette citation glanée sur le oueb qui unit les peuples par-delà moustaches et barbichettes en témoigne:

« J’en suis très fier. Chaque fois que ça gratte, je me souviens que je suis Indien. »

Mon Dieu Jésus Marie et tous les saints. En plus ça gratte. Je ne veux même plus en entendre parler. Coupez ces poils que je ne saurais voir. En plus, je vous prie de croire que les Indiens sont peu inventifs en la matière, c’est même pas le kif de comparer les formes et inclinaisons de la moustache, non, elles sont très uniformes dans l’ensemble. Bienvenue dans l’univers concentrationnaire des bacchantes.

Merci à ma cousine, donc, qui a pu rapporter des documents exclusif de ce sous-continent ultra-pileux.

Peut-on leur pardonner en invoquant, que sais-je, le yoga, le kama-sutra, le tchaï…? Je dis NON. RIEN ne peut EXCUSER cette MOUSTACHE UNIVERSELLE.

Passons dès lors à l’exportation moustachique en Europe. Qui sont ces hommes qui se touffent le dessus de la bouche?

Excursus, donc. QUI sont les bobos 3.0.? Ce sont des gens un peu plus que les bobos de base, c’est à dire qu’ils proclament de façon un peu moins mainstream leur supériorité géographico-modo-sociale sur les autres. Ils se considèrent comme plus pointus que les pointus, quoi – dénicheurs de tendances pour être exacte (la pointe au vent, la moustache en avant). La subtilité (suivez bien, ici), c’est que les VRAIS hipsters, c’est à dire les gars de la pointe la plus pointue du point qui pointe (le finistère de la tendance quoi) (après, il n’y a plus que l’océan), vous ne pouvez pas facilement les distinguer parce que dès qu’une tendance devient in, pan, ils l’abandonnent et partent à la recherche d’une autre branchitude. Les hipsters sont, de fait, les Juifs errants de la hype. Les bobos 3.0 essaient de les suivre, mais les hipsters, tels des comètes de la mode, traversent le ciel en flèche, et les bobos n’en saisissent que la queue (de la comète, bien sûr). Les bobos 3.0.,  let’s face it, ont de ce fait des choix vestimentaires et capillaires parfois douteux. Je vous parle d’un barbu à bicyclette en chemise à carreaux/ t-shirt tortues ninja (ou autre motif de sa jeunesse enfuie des années 90 – pacman ou que sais-je encore) et jean slim (JEAN SLIIIIIIIIM oh non non non) (pour les hommes, NON), qui transporte un instrument de musique (clavier de préférence). On pourrait résumer le bobo 3.0. ainsi: il est trentenaire, il aime la zique (pointue, du genre répétitive) (OMG), il a du poil, et il est en retard, donc.

Merci à C., notre informateur exclusif, qui soyons clairs est totalement soupçonné de hipstéritude mais qui fait mine de rien – faites gaffe, they look like humans, there are many copies, and some of them are programmed to think they are human. AND THEY HAVE A PLAN¹.

Cette génération de bobos trentenaires se pique donc de branchitude, et pratique la moustache à tour de bras. De ce fait, une version stylisée et branchouillarde de la moustache s’est diffusée dans notre petit univers bobo (voyez même que c’est le symbole des fameuses Hipster Olympiades berlinoises ici) – y en a même qui se font EN COLLIER. Genre: portons des attributs virils autour du cou. Une forme inversée de l’ordre de la Jarretière sans doute (bientôt la paire de burnes?) (mais dites les filles, AVONS-NOUS BESOIN DE ÇA?).

Notez néanmoins que vraiment la moustache c’est so 2010, ce qui fait qu’en 2012 on est par delà le retour du retour de cette tendance. Vous remarquerez, vous qui avez l’œil avisé, que tout ça fait diablement penser à Friedrich Nietzsche, un homme qui kiffait la vibe, se préoccupait de retours (éternels, pour ne pas faire simple), et surtout surtout, portait une moustache plus fournie que les poils de la fourrure en vison de la toque de Raspoutine (qui avait lui-même une barbe de belle facture).

De fait, par-delà la 2010tude, la moustache est surtout so dandy du XIXème que là j’en peux plus please Marcel Proust re-rentre dans le placard parce que tu me fais kiffer grave. Oui bon je sais, Marx est barbu, je devrais donc être pro-barbe si j’avais un tant soit peu de cohérence esthético-politique. Mais à vrai dire, en ce qui concerne la poilitude faciale, mon incohérence ne me dérange pas trop.

Mais les enfants, il faut à cet égard souligner un fait d’importance: je n’ai moi-même jamais frayé avec un barbu ou un moustachu (d’ailleurs Papa ne t’inquiète pas, je ne fraye pas avec des garçons, s’ils veulent frayer, ils doivent m’épouser).

Imberbitude, Sur mes cahiers d’écolier, Sur mon pupitre et les arbres, Sur le sable de neige, J’écris ton nom.

Ceci dit, si c’est l’émir du Q., on peut bien évidemment réviser ce concept. Ne tarde pas, ô toi qui transcende toute pilosité, car en ton absence Lonesome camionneuse et Sneaky princess se crêpent le chignon à foison.

____

1. Ils ressemblent aux humains, il y a de nombreuses copies, certains sont programmés pour croire qu’ils sont humains. ET ILS ONT UN PLAN. Il s’agit bien évidemment des cylons, les diaboliques robots de la boulassifique série Battlestar Galactica que tout fan de science-fiction se doit de voir. CETTE SÉRIE EST EXTRAORDINAIRE et totalement paranoïde. Mais on s’en fout, les gens sont dangereux de toute façon, donc mieux vaut les soupçonner préventivement.

Une réflexion sur “De la stachemou

  1. Pingback: Les jours de loose – la loose du rencard « Wandering City

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s