2015: Moins de conneries, plus de goleri

Oui je sais, quel titre extraordinaire, quel talent poétique, quelle verve. Ne me remerciez pas, c’est tout naturel.

Swag.

Swag.

Ceci étant dit, mon opinion personnelle sur la résoi moisie du 31 décembre tmtc fête du réveillon  est toute de dédain contenu : ces conventions sociales qui nous obligent à compter la vie par packs de 365 jours comme si c’était des bières me laissent totalement froide. Quant à se réjouir automatiquement avec des hordes déchaînées de populace avide d’huîtres et de 10…9…8…7…6… MON POING DANS TA GUEULE, je dis non. La chair est triste, couverte de houx et de foie gras. Même pas une bonne petite orgie publique à l’horizon, pleine de satyres et d’hétaïres en rut comme il faut. Non, le porno est partout mais il doit rester sur les internets, ou dans la mode à la limite (ouais, parce que prendre en photo une gamine à poil de 13 ans, ça peut être de la mode. j’ai découvert ça. bon. bon. bon.) Sinon tu finis au poste.

Bref, en tant que dénicheuse de tendances, fan de normcore et amie du Bien, je vous conseille d’adopter ce soir une bonne dose de mépris millénaire à l’égard du « Réveillon » (kiss my ass) selon le sain principe du LESS IS MORE (moins c’est plus : un slogan de design bien swap qui est absurdité mathématique, mais vérité principielle dans la société de consommation, surtout pour les petits Africains qui meurent de la famine, et merci bien). Non mais aussi, j’avais pas trop d’idées. ET CA ARRIVE A TOUT LE MONDE, oui madame. Voilà.

1. Moins de Redford, plus de Robert.

Voilà, merde, arrêtez de mépriser tous ces hommes en charentaises qui vivent chez leur mère, eux aussi ils ont une âme.

Le Jean-Louis est très surfait. Pensez normcore, pensez Robert.

Le Jean-Louis est très surfait. Pensez normcore, pensez Robert.

2. Moins de gras, plus de foie.

Dites adieu au champagne et au foie gras, ces mamelles honteuses du stupre culinaire qui ont fait oublier à l’humanité le sain goût du rutabaga. Vive le crémant (D’ALSACE malheureux), le champagne, cette piquette marketée « je te la mets bien profond ma bouteille dégueulasse, pauvre pigeon » doit être remisé aux oubliettes de l’Histoire. Quant au foie gras, je dis mouais. Le foie de morue en conserve va à mon avis occuper le devant de la scène d’ici peu ; non seulement c’est bon pour les cheveux, mais en plus un gain qualitatif non négligeable est prévisible quant au sort des morues éfoiescérées : autant on peut avoir pitié d’un canard qu’on gave, autant personne n’en a rien à branler du destin d’une morue. Pas étonnant qu’aucun héros de Disney ne soit une morue.

3. Moins de paillettes, plus de slip.

Non à la fête du slip à paillettes, stop au bling bling, habillons-nous comme un puritain et abandonnons les vains ornements des tenues de fête. Car très honnêtement, peut-on aimer la sensation d’écrasement de la voûte plantaire des talons de 12 cm ? les bretelles de soutif qui vous cisaillent la chair pour dégager un décolleté dans le dos ? le string qui vous rentre dans le cul pour porter une robe moulante ? Halte à l’asservissement de la sexytude : n’oublions pas que Robert n’est pas trop exigeant, et au moins t’évites les ampoules de la mort des lendemains de soirée. Merci, bisous, LOL.

4. Moins de mélodie, plus de charivari.

Ca commence à bien faire les arrangements ceci, le funk cela, les covers sa mère, les playlists de la pointitude. Revenons au bon vieux rouge qui tache. Un poil de Sardou, un petit coup de Tribal King (si vous n’avez jamais écouté Façon Sexe, il est temps) (notez comme le clip est grave dans l’esprit less is more, dans l’usage du piercing notamment) (danse sans compleeeeeexe, oublie ton eeeeeeeex) (de rien), un bon vieux Johnny pour pécho Robert, stop au snobisme de derrière les fagots !

Mais pour être vraiment minimaliste avec style, rien ne vaut le chant grégorien. Ambiance garantie, et robe de bure adaptée. Robert, imbibé de crémant, ne tiendra pas longtemps réveillé et c’est tout ce qu’on lui souhaite, car sa conversation n’est pas toujours facile à suivre. Le tuning ça a l’air intéressant, mais en attendant on est quand même écolo, c’est pas bien les voitures.

By Voutch.

By Voutch.

5. Moins de houx, plus de bambou.

Non mais sans déconner se rouler une pelle sous le gui (ouais j’ai changé pour la rime, et je vous emmerde). Elle est belle la jeunesse. Le bambou, un végétal pratique, vous apportera solidité et force pour de nombreuses activités bien plus productives : fouetter, torturer, ligoter, par exemple. Eh oui attention, c’est pas une oie blanche, Robert. Et puis faut pouvoir le maîtriser.

Ah, et surtout, sachez-le, je n’en ai absolument rien à cirer que vous passiez une bonne année 2015.

Et merci bien.

2 réflexions sur “2015: Moins de conneries, plus de goleri

  1. Tu as bien raison, on passera l’année de toute façon, avec ou sans Robert, et au zéro on aura 365 jours pour boire la nouvelle cuvée de Crémant qui évidemment vient du même pays que les bredeles. Et pas de celui du Schweppes. What did you expect ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s