Ma journée sans portable (et plus si affinités)

Comme quoi que le 6 février c’était la journée sans portable. Comme quoi que soi-disant la mode maintenant c’est de se débrancher (genre euthanasie, on appelle la famille, tout le monde décide d’abréger tes souffrances de légume dans le coma). Mais c’est quoi ce fascisme d’intellectuels qui n’ont jamais mis les pieds sur twitter ? Comment je fais pour raconter au monde que j’ai bouffé une bavette à l’échalote? Pourquoi je peux pas checker mon nombre de like sur facebook toutes les deux minutes ? Ca vous gêne, hein ! JE DERANGE, JE DERANGE.

Intrinsèquement et de toute mon âme je suis en effet nomophobe. Ni plus ni moins. Gérard, mon iphone, est mon ami, mon frère, mon mec pourrait-on dire. J’entends déjà des rires de pitié dans l’assistance. Mes braves petits, sachez que Gérard, sauf par la défaillance de ses batteries (nonobstant prévisible grâce à une petite icône bien pratique), est toujours au garde-à-vous pour vibrer gaiement et m’informer du nombre de buts du PSG et de l’horaire du prochain bus. Gérard n’a pas honte de moi, je peux l’habiller d’une coque rose à paillettes si je veux, il est toujours content. Eh ben aucun mec ne s’est jamais montré aussi fiable que Gérard. Je constate.

Or donc, à mon corps et mon âme défendant, je me retrouvai, par la grâce d’un zélote mû sans doute par la sainte volonté d’assurer mon salut intellectuel, un prêtre-pickpocket de la Secte des NoMo (no mobile) (nomo, bobo, Soho, allo), privée de téléphone. De téléphone, que dis-je ? De Gérard. O toi Gérard, mon fidèle ami, j’espère que tu as gardé en lieu sûr mes dédiboobs à Zlatan et mes sextos à François H ; ça n’est pas pour tous les regards ; c’est de l’art. A moins que l’opération « Voler Gérard dans la ligne 14 » n’ait été un vaste complot de la presse people pour compromettre François. Ils en sont bien capables, ces chiens galeux ! Nous le saurons bientôt.

Bref. Comme j’étais pas assurée et que j’ai pas une thune pour me racheter un iphone c’est à la mode de se déconnecter, j’ai décidé de vous livrer mon expérience, seule, sans LUI. Gérard. Adieu. Ainsi, le 6 février susdit, journée sans portable kiss my ass, je me retrouvai seule, dans la rue, SANS PORTABLE.

Que faire, que dire, que penser ? Désorientée, je cherchai à me rappeler où se trouvait la station de métro la plus proche. Mais… GPS, GPS, où es-tu mon fidèle ami ? Dans la poche de ce malotru sans doute, loin de mon absolu manque de sens de l’orientation. J’errai sans but, jusqu’à croiser une station de vélib’ où se trouvait un plan du quartier qui me tira momentanément d’affaire.

Rentrée chez moi, enfin je pus retrouver goût à la vie en me jetant sur ma ligne fixe et en me faisant consoler pendant une heure par Melle Babouchka, qui soi-disant est une sainte de me supporter mais m’inflige régulièrement de désagréables commentaires sur mes photos instagram comme quoi « c’est vraiment scandaleux de cucul la praline ». Je m’en fous ; c’est de l’art. MAIS ???? Instagram !!! Comment, je ne pourrai plus agrémenter de filtres pisseux artistiques les splendides photos de mon quotidien le trottoir de ma rue ?? La vie est bien grise, bien grise, et mon avenir de Robert Doisneau international bien compromis.

Bien. Me voici seule face à l’affreuse réalité. Gérard est parti. BON. Sachant que j’envoie 50 textos par jour en moyenne et une cinquantaine de tweets, sans compter le chat facebook et les mails, ça va laisser un vide.

ET MA MUSIQUE ??? Merde, mais attends j’ai donné mon ipod de l’an 40 à mon arrière-cousine Cindy depuis longtemps, la malheureuse était si seule dans sa cambrousse. Adieu David Bowie, Jeanne Mas, Public Enemy et Bérurier Noir. Je vais devoir me taper les inintéressants caquetages de l’humanité dans le métro. Désenchantement du monde. Je suis comme Nietzsche moi, je ne crois qu’en un dieu qui saurait danser (huhuhu) (nan mais c’est vrai quoi, moi je danse pas trop bien c’est vachement frustrant mine de rien) (je suis bien malheureuse).

Bref, l’ambiance est tendue. Témoignage. Voici, chers amis, les tweets que je n’ai pas envoyés durant cette éprouvante journée (j’aurais pu, j’avais mon ordi)(j’ai ma dignité, je les mets directement sur mon blog).

Le symbole de l'oppression

Le symbole de l’oppression

14h On a jugé bon de me délester de mon iphone. Défi relevé. Je suis au taquet.

14h15 Merde, mes contacts, j’avais pas fait de synchro. M’en fous, je ne dépends pas de la technique. Je suis libre.

14h30 C’est bon je connais les numéros de ma mère et de Melle Babouchka. La terre peut s’écrouler.

14h35 J’ai RV demain avec ma psy. A quelle heure ? Aucune idée c’était écrit chez Gérard.

14h40 C’est pas l’anniv de quelqu’un aujourd’hui ? Mais QUI bon dieu ? Déjà, il est pas sur facebook. Je cherche.

14h45 Je suis trop free, je suis prête, d’ici 2 semaines je quitte twitter et facebook les amis. Adieu, chaînes de la connectivité.

15h Pourquoi personne ne me plaint ? C’est quand même hyper dur de se faire voler son iphone.

15h10 Alloooooooooooo ?????

17h30 PANNE DE WI-FI. PLUS DE 3G. PLUS RIEN. PENDANT DEUX HEURES. L’ENFER. L’ENFER.

17h31 J’ai mal au doigt à force d’avoir rafraîchi mon écran en attendant que l’internet revienne.

17h33 Le monde est injuste. Personne ne m’aime.

17h34 Personne ne like rien, personne ne RT, personne personne personne.

17h36 Sortir acheter une baguette pour avoir un contact humain, ou attendre devant mon écran de voir un signal rouge sur fb ?

17h40 Si ça se trouve quelqu’un m’a invité par texto à la soirée où se rend l’homme de ma vie ; je ne le rencontrerai jamais.

17h42 Le téléphone pleure.

17h45 Je vais porter plainte. Salaud de voleur de Gérard. Qu’on le pende par les parties génitales à un portique breton.

20h Par les couilles du grand mogul, heureusement qu’ils ont BFMtv au commissariat. Quand je pense qu’il fut un temps où je lisais des livres.

20h10 Et comment je chronomètre le temps de cuisson de mes pâtes moi ?

20h15 Je vous raconte pas tous les instas que vous avez ratés aujourd’hui ; les portes du commissariat étaient tout à fait esthétiques.

20h20 Comment peut-on attendre d’une artiste qu’elle fasse son travail sans iphone ? Soyons réalistes.

20h25 POUR UN IPHONE OFFERT A TOUS LES CITOYENS. Et surtout moi. Je vote pour ça aux municipales.

21h Ennuyeux : impossible de regarder une série en streaming et de chatter sur fb en parallèle ; de twitter non plus.

21h30 Melle Babouchka prétend que je suis dépendante et que je fais une montagne d’une taupinière.

21h35 N’importe quoi. J’ai passé qu’1h30 au téléphone pour me plaindre en plus. Elle est injuste.

21h40 Je vais appeler ma mère pour me plaindre encore un peu.

22h10 La ligne est rétablie, je peux réenvoyer des textos !!!!!!!! MERCI GRAND MOGUL.

22h15 Le T9. Le T9. MAIS BON DIEU COMMENT VEUT-ON QUE JE VIVE AVEC LE T9 ?

22h20 Je mets 30 minutes à écrire un mot. Sauvez-moi.

22h25 Je tapote dans le vide. Gérard n’est plus là. Son petit corps anguleux me manque.

22h30 Où est ma peluche ?

Non vraiment, je crois que cette cure sans smartphone va me faire LE PLUS GRAND BIEN. Wish me luck.

4 réflexions sur “Ma journée sans portable (et plus si affinités)

  1. Outre l’explosion de rire que m’a value votre « 20h10 Et comment je chronomètre le temps de cuisson de mes pâtes moi ? », je compatis à votre, j’imagine, très grande peine ! Wish you luck :-)

    P.-S. : Se perdre sans GPS, pour une géographe, quel beau paradoxe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s