Because Istanbul

Ceci est un compte-rendu partiel et totalement partial des meilleures vacances de la vie de la Lonesome Emmerdeuse (parce qu’il paraît qu’elle est plus emmerdeuse que camionneuse) (mais ça va, ça ne la dérange pas trop). Il ne sera donc point question d’islamisation, de problèmes de digestion dus à l’abus de viandes grillées ou de queue par 30° à l’ombre. Accompagnée des Quatre Bombasses, Melle Adorable, Melle Classe Internationale, Melle Cœur d’Or et Melle Sourire de Madone, l’Emmerdeuse ne s’est point emmerdée. Point une seconde. Que ses amies soient bénies. Et Istanbul aussi. Parce que, laissez-moi vous le dire, BECAUSE ISTANBUL en effet.

Et parce que la poésie est mère de toute chose, disons-le en rimes.

P1040432

Istan-déroule

Le tapis de la ville à l’infini, qui s’en va partout en désordre sur les collines les pentes d’Asie et d’Europe on ne sait plus et on s’en fout, les tapis rouges et multicolores, les kilims mais aussi les citernes romaines sous les basiliques byzantines les mosaïques sous les enduits sous les mosquées les minarets partout et en bas et en haut, la ville qui descend les pentes et escalade les rues à coups de vigne vierge et de jasmin, les rues qui s’enroulent et se cul-de-sac au pied des chats couchés au soleil qui se battent pour une femelle poilus maigres gras paresseux royaux à l’assaut des arbres les rues des bazars au hasard des boutiques étranges à touristes des épices de l’or du cuivre des narguilés des faïences des faïences magiques des bleus des rouges des verts et les ors des mosaïques byzantines les fontaines du harem les cours du palais des mosquées les pierres dressées des cimetières les sons les sons les sons l’appel du muezzin des minarets partout le coup de corne du ferry les sirènes stridentes la techno turque à fond les ballons les ombres et le soleil le soleil les cafés les terrasses les vendeurs à la sauvette les étudiants les rues fantomatiques la nuit les rues débordantes la nuit. Istan-déroule à l’infini. Istan-déroule le monde.

P1040526

Istan-foule

Hélas, il faut verser dans le cliché car on ne peut pas le dire autrement : Istanbul est un mélange d’Orient et d’Occident, de langueur et de vivacité, d’ordre et de foutoir, de tchadors et de minishorts, de monster trucks et de dos d’âne, de barquettes et de supertankers, de tours et de bow-windows en ruine, et de plein de choses encore qu’il serait trop long d’énumérer car la Lonesome Emmerdeuse n’est pas Prévert non plus, mais en tout cas ça dépote sa mère. Précisons d’ailleurs immédiatement le sens de cette expression, car la génitrice de Lonesome lui a fait récemment remarquer que quand même, le Larousse avait une plus stricte définition du mot « dépoter », à savoir « ◾Retirer une plante de son pot pour la placer dans un autre ou la mettre en pleine terre. ◾Décharger un conteneur maritime des lots de marchandises qu’il contient. ◾Vider ou transférer le contenu d’un réservoir, et notamment d’un wagon ou d’un camion-citerne. » Merci pour cette mise au point : il est tout d’abord évident qu’Istanbul dépote au sens premier, car de Constantinople à Atatürk en passant par Byzance, le rempotage a de beaux jours devant lui. De ça à ça en passant par ça (merci au Duc de Guise, toujours avide de reconnaissance sociale et de se la péter qu’il connaît la musique). Ensuite, précisons que dans l’idiome relâché de ce blog rimbaldien plein de sympathiques idiosyncrasies langagières, « ça dépote » est l’exact synonyme de « grosse boulasse intergalactique ». Istanbul, foule de trucs cools.

Istan-saoule

Hélas, l’alcool est cher à Istanbul. Le cœur de l’Emmerdeuse pleure à cette constatation : la limonade est plus abordable que la vinasse, que les Turcs fabriquent pourtant avec grande honnêteté. Enfin, les köfte, les tripes de mouton et moules farcies, les kebabs, poissons grillés, baklavas, loukoums, épices épices et épices encore sont une satisfaction calorique tout à fait satisfaisante. Et les fruits séchés !!! AAAAAAAAAH. Le régime commence demain.

P1040522

Istan-maboul,  Istan-bouge ton boule, Istan-cool

Chers amis étonnés, sachez qu’Istanbul, loin d’être la ringarde perle de l’Orient, est le top de la hype. Les boutiques de Montmartre peuvent aller se rhabiller, voire les bars de Ménilmontant. Y a du level de branchitude, je vous dis que ça. Les Quatre Bombasses, traînant à leur suite la Lonesome Emmerdeuse, ringarde à son corps défendant mais qui a toujours un mal fou à surmonter Shakira, ont fait la conquête des rooftops de ouf, des boîtes qui déchirent, des boutiques trop mimi (de ces CHAUSSURES !!! hélas pour son compte en banque, Lonesome a dû renoncer à ces escarpins rouges plus inspirants qu’un poème de Baudelaire). L’urbaniste de service se retient de faire un couplet pontifiant sur la gentrification, mais enfin on s’en fout, venez bougez votre boule to the risen of the music, et vive Galata et Taksim, les mariées dans les bars, les bouées accrochées aux néons, la fête et la dolce vita.

P1040494

Istan-pool

L’eau l’eau l’eau est là partout (à l’eau, comme dirait Nabila), dans les fontaines le Bosphore les mers la ria les bains turcs. Après le ferry vers les îles aux Princes, les Princesses ont même plongé un orteil dans la Mer de Marmara. Et se sont laissées couler dans les piscines du hammam de Sinan, le grand architecte du 17ème (oui, culture et bulles de savon et on se croirait dans un tableau d’Ingres). Istan-bain, s’y baigner et s’y noyer.

Y revenir, en tout cas.

Because Istanbul. Je vous l’avais bien dit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s