L’abattant abattu – Histoire de chiottes

Au début je me suis dit allez, fais un texte sur la grève générale et la Nuit debout et la Révolution qui vient, mais cependant un besoin plus pressant occupait mon âme, celui de raconter l’importante aventure qui m’arriva il y a quelques jours déjà, et qui se réfère au confort incomplet de mes lieux d’aisance. Parce que je suis une meuf qui s’intéresse aux vraies questions.

Les gogues sont tout de même un coin fondamental, quoique petit : un être humain s’y rend en moyenne 2500 fois par an, pour une durée totale de trois ans à peu près (source : worldtoilet.org) (oui, il existe un site de ce nom). Au vu de mon appétence pour les lieux d’aisance, une rapide analyse quantitative (je fais des sciences sociales huhuhu) m’a permis d’établir que j’y passe bien plus de temps ; en effet, de nombreuses activités sont propices à l’accompagnement de la sainte activité défécatoire, activité dont j’ai déjà disserté en détail ici car je suis hélas une femme assez peu délicate (et je m’en bats les couilles bien tranquillement).

C’est dire l’importance du confort procuré par le trône, objet hélas soumis à la trivialité du réel ; or donc, on voudrait une belle chiotte à la japonaise, garnie de coussins, qui chauffe le cul et vous torche avec aménité, mais on se retrouve avec une toilette étroite et inconfortable, la propriétaire ayant qui plus est cassé l’abattant.

Note sur ma propriétaire : personne charmante mais cependant totalement ignorante des réalités de la vie et surtout de ses petits plaisirs (le genre qui fait du jogging), et qui s’imaginait que je n’aurais PAS remarqué que l’abattant des chiottes manquait. Mais dans quel monde on vit. Attention cependant, précision sémantique, comme nous le montre l’image ci-dessous, l’abattant est le DESSUS de l’appareil surplombant la cuvette, complété par la lunette (soyons précis). Ainsi, les toilettes restaient fréquentables quoi qu’ouvertes à tout vent ; enfin, quand on est célibataire cet inconvénient reste supportable (oui le célibat est la décadence de l’Homme mais bon, comme la décadence c’est l’fun je ne m’en préoccupe pas trop merci bien).

Capture d’écran 2016-04-11 à 18.31.47.png

Thésaurus de chiottes

Mes toilettes étaient donc incomplètes, mais tout cela restait supportable, car avec une petite bouteille de vodka et une pile de magazine on est à l’aise partout. Cependant, la nature du plastique étant fantaisiste, la lunette elle-même vint à manquer et ses charnières à se défoncer, ce qui eut pour désagréable effet de me faire dégringoler des guogues un matin où je n’étais pas de la première fraîcheur, mais passons. Il me fallait donc agir rapidement, pour rééquiper mes chiottes et redonner son lustre au lieu de tant d’ébats.

« Le monde de l’abattant WC est vaste. Il en existe en effet pour tous les goûts, toutes les bourses et même tous les usages. » (source : cdiscount) (tous les usages???). En effet, après consultation de divers sites internet, la constatation fut sans appel : hélas, l’appel de la déco (on ne dira jamais assez le mal qu’a fait Valérie Damidot à notre civilisation) pousse le chaland à proposer des abattants de couleur vive, voire criarde, et non pas tellement des sièges où le séant soit avantagé. Le chiotte super luxe à la japonaise coûte 600 euros ; bon, faut pas déconner non plus. Je décidai ainsi tout de go de me rendre chez Castorama afin de remplir le vide existentiel que traversaient mes toilettes.

Or donc, Castorama est pour votre servante un lieu rempli de dangers. Pourquoi ? Parce que j’ai envie d’acheter tout le magasin, voilà pourquoi ! Déjà c’est comme ikea mais en plus cher, mais en plus il y a des objets fascinants et tout à fait indispensables : pistolets à colle, vis, serre-joints, palettes, vernis, colles, chevilles, clous et autres fredaines que j’affectionne, car je suis à la fois une bricoleuse invétérée (savoir : après avoir percé un trou la perceuse reste au placard car l’effort fourni était vraiment trop violent) et une jeune convertie au douitteyourself (ou DIY comme on dit sur les blogs), et franchement depuis que j’ai fabriqué mon propre porte-bijou je vis sur un nuage : adieu enfin le monde de la consommation, je fais moi-même les objets qui m’entourent (avec la sainte assistance de Castorama) (mais c’est pas vraiment de la consommation).

Résultat, j’ai acheté trois boîtes à biscuits, un rideau de douche design (enfin, avec un motif branché dessiné dessus) (j’ai décidé que mon luxe personnel ne serait pas un abattant japonais mais un rideau de douche classe, c’est moins cher) ainsi qu’un abattant « universel » (nous reviendrons sur l’importance de ces guillemets). Bref, après avoir dépensé ma paie de mars en objets inutiles, je gagne la station de vélib avec le sentiment du devoir accompli.

Car hélas, les liaisons en transports en communs ne sont pas toujours adaptées, et il faut que je muscle mon cul. Mais tout était bien parti, un vélo disponible, dans le 19ème c’est pas tous les jours ; la chance, crus-je, me souriait, ainsi que les auspices de JC Decaux. Nonobstant, en empilant mes emplettes dans le panier du vélo, un doute m’étreint : l’abattant est trop imposant. La poisse. Mais ne nous laissons pas abattre par l’adversité : je fixe peu ou prou la chose avec la chaîne de cadenas car il faut prendre la vie du bon côté, je fourre le maximum de mes achats dans mon sac à dos (oui j’ai un sac à dos, c’est très pratique), et j’enfourche le vélo.

velo-surcharge

Totale maîtrise

À cet instant, il n’eût pas été exagéré de dire, selon une expression populaire certes frisant le racisme mais assez parlante, qu’on aurait dit une romanichelle. En effet, j’étais évidemment habillée trop chaudement (je suis frileuse) (voilà pourquoi je hais les demi-saisons), et je bringuebalais dans le contre-sens cycliste en suant comme un bœuf tout en maintenant d’une main l’abattant baladeur, tandis que (classique) l’averse se déclarait. C’est là qu’on se rend compte que Bouddha était vraiment un type qui ne connaissait pas la laïfe. Emplie de ces réflexions philosophiques, voici qu’un nid-de-poule croise ma route.

Adieu veaux vaches cochons couvée, l’abattant s’envole pour atterrir sans coup férir sur la voiture qui me jouxte. Une voiture de flics, ÉVIDEMMENT. Comment, saisie de terreur, je me suis humiliée pour demander leur pardon (heureusement l’abattant n’avait point fait de bosses), moi qui criait la veille encore en manif « Je n’aime pas la police », comment j’ai regagné la prochaine station vélib, puis ai marché tel un chien mouillé jusque chez moi, pour découvrir après mes cinq étages sans ascenseur que l’abattant n’est PAS DE LA BONNE TAILLE ?

Je ne sais pas. Depuis je suis au fond du trou. Un conseil, évitez les merguez de manif.

Et en plus va falloir que j’aille l’échanger, l’abattant.

Lol. Comme disent les jeunes.

Ballade de la fille à vélib’

La fille à vélib’ : la Lonesome Emmerdeuse, entendez une fille légèrement angoissée au volant et qui se croit le centre du monde, monde qui par ailleurs lui en veut trop souvent. Convertie par son amie Melle Babouchka à l’usage du vélib’, elle rentabilise ses 29€ l’année en gainant ses cuisses par un pédalage intense (en tout cas c’est ce qu’elle s’imagine).

Le lieu : les boulevards parisiens de la rive droite, entre la Butte, Barbès et la Gare du Nord.

L’objectif : le cours de yoga, le marché bio, un pot avec les copines, la friperie.

La musique de fond : rap vénère de la côté Est (Wu Tang, représente). En vrai on n’a pas le droit d’écouter de la zique en vélib’ hein, mais c’est pour l’ambiance. Un peu de sens dramatique, merde.

Le temps : venteux, bruineux, pluiseux, froideux. Forcément, dès que tu touches le guidon la pluie se déclenche. Pourquoi ? Parce que le monde t’en veut (suivez, les enfants !)

Ceci pour poser le contexte. Oui c’est boboland les enfants. Mais ça n’en est pas moins un monde IMPITOYABLE. La jungle.

Bretecher Velib

 
Aux autres usagers de la rue parisienne

A toi, chauffeur de bus, bringuebalant ton mastodonte sur la piste que nous partageons contre notre volonté ; toi qui mets toujours ton clignotant au dernier moment pour déboîter vers l’arrêt ; toi qu’on sait jamais s’il faut te dépasser ou pas parce que de toute façon tu vas me refoncer dessus par derrière, tel le tyrannosaure de Jurassic Park.

A toi, le piéton qui prend la piste cyclable pour un trottoir ; à toi l’ado parisienne overlookée qui me fait grave flipper parce que t’es trop jeune pour porter un string  et que j’ai 32 ans MON DIEU, toi qui fais mine de ne pas entendre ma sonnette parce que t’as un gros casque à 200 boules sur le crâne ; à toi la vioque qui se traîne sur sa canne à deux à l’heure, toi qui fais mine de ne pas entendre ma sonnette parce que t’es vieille et sourde (soi-disant) et que t’as envie de faire chier le monde. Mais DRING, à la fin !

A toi, l’automobiliste qui m’ignore, qui m’ouvre la portière dans la gueule, qui me drague avec subtilité « Eh mademoiselle t’as trop un beau cul, tu peux venir pédaler chez moi » ; toi qui as eu ta saloperie de permis dans une pochette surprise (priorité à droite tu connais ?)

A toi, cycliste qui n’as point le sens de l’égalité ; toi le vrai cyclopédiste coiffé d’un casque, vêtu d’un gilet orange, qui me dépasse avec dédain sur ta machine huilée à 15 vitesses (j’espère qu’on va te la piquer vite fait, gniark) (si tu crois que bouger ce machin de 22 kilos c’est facile) (et d’ailleurs je vais plus me bouger pour te laisser la place, va t’amuser sur le tour de France, ICI C’EST PARIS) ; toi le hipster sur ton vélo pliable, avec ton écharpe rayée Paul Smith ta cravate en crochet et ton ipod, qui a toujours le dos droit et qui me ramène à mon être de pauvre meuf crasseuse et suante ; toi la fille en vélib’ toujours mieux sapée / qui transpire pas / qui a pas la face rouge comme le drapeau du Japon / pas en train de vérifier son itinéraire en panique au feu rouge en bataillant pour enlever ses gants parce que sinon t’arrives pas à checker le GPS sur ton iphone.

RebeccaJKaye

A toi, stationné au milieu de la piste cyclable ; toi la Porsche blanche du boulevard Magenta, toi le camion tagué du boulevard Richard Lenoir, toi le break de la rue Houdon. J’irai pisser sur vos tombes et rayer vos carrosseries.

A toi JC Decaux, qui se démerde toujours pour qu’il n’y ait pas un vélo accroché aux stations quand je suis à la bourre et que les stations soient blindées quand je veux juste rentrer et me poser après une journée de taf ; toi qui me gaves de pub moisie. La privatisation c’est trop bien.

A toi le vélib, trop lourd, trop lent, toi que je hais dans les montées et que j’adore dans les descentes jusqu’au moment où je réalise que les freins ne marchent pas ; toi dont la selle me rentre dans le cul, ou se met à tourner sur elle-même au moment où je faisais une petite pointe de vitesse en mode I’m the queen of the road ; à ta sonnette que j’aimerais tant greffer sur mon bras pour en faire une alerte aux cons (la vie sociale serait tellement moins fatigante).

Comme dirait Marc Lévy, « C’est peut-être cela le vélib, une solitude éternelle. »

Crédits photos: Agrippine, Claire Brétécher  
Tour de Paris, Rebecca J Kaye pour Artcrank