Les jours de lose – la lose amoureuse

Tu sais que tu es en train de passer un jour de lose amoureuse / confrontation avec la blaireau-ïtude masculine quand:

– il faut qu’on parle. je sais que je t’ai dit que je voulais une relation sérieuse, en fait je ne suis pas prêt. mais c’était vraiment sympa, on se rappelle un de ces jours?

– tu veux qu’on parle? ah mais j’ai plein de travail là en ce moment, on se rappelle?

– le numéro que vous avez demandé n’est pas attribué.

La simplicité du sexe; interprétation masculine.

La simplicité du sexe; interprétation masculine.

– je te rends malheureuse, tu seras plus heureuse sans moi.

– c’est pas toi le problème, c’est moi. Je suis un connard / un solitaire / un bébé (dépend de son niveau de recul sur lui-même – en général proche de la nullité) (mais ne généralisons pas).

– tu es trop bien pour moi. MOUAHAHA. (En effet. Comme si n’importe qui était trop bien, ou pas, pour n’importe qui. Ces notions de mérite et de niveau pour parler de sentiments me dépassent totalement. Un sentiment ne se mérite pas, il est, ou pas).

– tu sais je t’aime, ce n’est qu’un mot, après tout. Ouais, et mon pied dans ton cul non, tu vas voir (pardon, je m’emporte, je m’emporte).

– j’ai vraiment envie de venir te voir mais je dois déménager et j’ai des trucs à faire; bah je viendrai quand ça m’arrangera plus (la relation à distance: EVITE, petit scarabée, évite comme la peste bubonique putride).

– non mais j’ai vraiment trop de travail en ce moment, je suis sous l’eau (parce que toi, ton taf on s’en branle la nouille) (c’est forcément moins important, tu es une MEUF).

– on est trop différents.

– le couple c’est trop has been. (Celle-là je suis capable de la gober, juste pour me la jouer hype).

– j’ai du mal à me mettre en couple; mais je t’ai présenté des potes à moi: on peut donc dire qu’on sort ensemble (l’homme est inventif en termes de vocabulaire quand il s’agit de désigner tous les concepts qui font que t’es pas sa meuf, en fait).

– il y a des choses qui m’inquiètent chez toi; je trouve que tu as une relation un peu malsaine avec ta mère (oui, parce que sa relation avec sa famille est parfaite: sa famille est un exemple d’équilibre, comme toutes les familles bien sûr).

– on n’attend pas la même chose de la vie. Je ne suis pas sûr de vouloir faire des enfants tout de suite (évidemment tu n’es pas folle, tu n’as même PAS évoqué cette possibilité; mais on ne sait pas pourquoi, l’idée que tu en veuilles les stresse; l’idée que tu n’en veuilles PAS aussi, d’ailleurs).

– je suis tombé amoureux d’une autre, c’est tout. (Possiblement: elle a de plus gros seins que toi) (oui je sais DIFFICILE, mais ça peut arriver à tout le monde). Cependant notons que cette phrase est plutôt excusable et un peu plus couillue que le reste.

Pour information, toutes ces phrases sont authentiques (oui oui), et 30% de ces charmantes formules ont été proposées par la même personne; comme vous le voyez il existe chez la femelle une tendance à kiffer les nazebroques – un concept développé par ma chère Plume chocolat, blogueuse de choc, ce qui me fait penser que nous ne sommes pas seules dans cette abyssale lose qu’est la recherche de l’âme soeur. Bref, sachez bien, chères amies, que dans tous les cas sub-cités, ce n’est pas votre faute (eh non).

Hauts les coeurs, ensemble tout devient possible, comme disait l’autre. Yes we can.

Nan mais c'est vrai à la fin. CHOCOLATE I LOVE YOU.

Nan mais c’est vrai à la fin. CHOCOLATE I LOVE YOU.