C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière.

En hommage aux victimes.

En mémoire de Matthieu, de sa gentillesse et de son engagement, pour ceux qui restent.

Au temps du deuil, au temps de la réflexion, au temps de la douleur que nous partageons aujourd’hui avec le Moyen-Orient, l’Afrique, les pays où nous faisons la guerre.

Georges de la Tour, Madeleine pénitente (détail).

Georges de la Tour, Madeleine pénitente, 1635-1640 (détail).

Pour que nous nous donnions le temps plutôt que l’urgence,

la compréhension plutôt que l’indifférence,

le partage plutôt que la fermeture,

le risque de la liberté plutôt que la sécurité,

les fleurs et les coups en terrasse plutôt que les bombes,

la vérité plutôt que la confusion,

la fraternité plutôt que le racisme,

la mémoire plutôt que la précipitation,

la compassion plutôt que la violence,

l’amour plutôt que la haine.

« La pire faiblesse de la violence c’est qu’elle est une spirale descendante, car elle engendre la chose même qu’elle cherche à détruire. Au lieu de réduire le mal, elle le multiplie. Par la violence tu tueras peut-être le menteur mais tu ne peux tuer le mensonge, ni établir la vérité. Par la violence tu tueras peut-être celui qui hait mais tu ne tues pas la haine. De fait, la violence augmente purement et simplement la haine. Et ainsi en va-t-il… Rendre haine pour haine multiplie la haine, et assombrit l’obscurité d’une nuit déjà vide d’étoiles. L’obscurité ne peut chasser l’obscurité : seule la lumière le peut. La haine ne peut chasser la haine : seul l’amour le peut. »

The ultimate weakness of violence is that it is a descending spiral, begetting the very thing it seeks to destroy. Instead of diminishing evil, it multiplies it. Through violence you may murder the liar, but you cannot murder the lie, nor establish the truth. Through violence you may murder the hater, but you do not murder hate. In fact, violence merely increases hate. So it goes. … Returning hate for hate multiplies hate, adding deeper darkness to a night already devoid of stars. Darkness cannot drive out darkness: only light can do that. Hate cannot drive out hate: only love can do that.

Martin Luther King, Where Do We Go from Here : Chaos or Community?,1967. (Traduction personnelle)

2 réflexions sur “C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s