Dictionnaire de foot à l’usage des filles

Parce que supportrice, ça n’existe pas vraiment.

Partie 1. A-M.

Pourquoi vous affliger encore de références footballistiques ? Eh bien, parce que c’est cool le foot. Ça permet de crier des insanités à toute gorge et de regarder des hommes courir pour la beauté du geste (et le salaire en prime mais ne soyons pas matérialistes). En outre, j’ai constaté depuis que je m’intéresse à l’affaire que la femelle n’est PAS vraiment la bienvenue dans l’affaire, car on la considèrera toujours comme une ploucaille incapable de comprendre la substantifique mouelle du jeu, une pouffe de salon peroxydée dont la seule préoccupation est de mater les muscles des joueurs (car bien sûr, les hommes ne matent jamais rien en dehors de nos yeux) (mais passons) (ne leur faisons pas l’injure de descendre à leur niveau).

Ma politique en la matière consistait jusqu’ici à éviter comme la peste tout événement de type match-binouze entre potes pour laisser leur jardin secret aux mâles en rut. Car la femme, incompétente footballistique par définition, est emmerdante pendant un match : elle ne cesse de poser des questions sur des règles pourtant évidentes. Il est vrai, chères consœurs de genre, qu’il vaut mieux éviter toute occurrence de ce type (vous + potes + bières + match) si vous n’en avez rien à foutre de l’affaire, ce qui est votre droit le plus strict.

Ensuite, si vous avez choisi la voie du ballon rond, il faut bosser. Je vous dis que ça, je n’en suis qu’aux prémisses. Et encore, je soutiens le PSG, club où la pouffe peroxydée est mieux tolérée qu’ailleurs.

Voici donc, à la veille d’un GRAND MATCH pour le PSG (recueillement, cierges et ondes positives) (quarts de finale de la Ligue des Champions contre le Barça donc, un truc un peu à enjeu quand même), quelques balises de départ si vous voulez vous lancer sur le gazon. Ne me remerciez pas, c’est tout naturel: le Flaubert en moi s’épanouit comme une grenouille dans un marigot.

image-dictionnaire

ALLEZ!!! Exclamation de nature encourageante à prononcer dès que le ballon se rapproche des buts (ADVERSES hein, pas le vôtre!) (bien repérer la répartition du terrain au début du match). En lancer un maximum sera bien vu, outre que cela chauffe la voix et prépare idéalement à l’attitude du supporter: gueulante et mauvaise foi (tout ce que j’aime).

Arbitre. Figure négative, un peu dans le style Sauron ou Voldemort (tu ne peux pas prononcer son nom, de peur de te prendre un carton rouge) (enfin, si tu lui d’aller se faire enculer, c’est mal parti). Quand tu es supporter, il est néanmoins de bon ton de l’insulter lorsqu’il châtie ton équipe, et de surenchérir lorsqu’il juge de l’autre (il donne un carton jaune, tu cries « rouge, rouge ! »). Je ne suis pas encore assez versée pour distinguer tout de suite les niveaux de faute, mais ce n’est pas trop grave : ce comportement de principe suffit en général car, comme tout bon supporter, tu es de mauvaise foi.

Barça. Supposément le meilleur club du monde (ALLEZ PSG !!) où évoluent les meilleurs joueurs du monde (bref bref, le débat est lancé : Iniesta ou Messi ?) (la notion de Ballon d’Or a-t-elle une pertinence ?) (je sens que je vous perds mes petits canards, revenons aux bases), le club de Barcelone est aussi l’ami des gentils, car il est historiquement de tendance anti-fasciste (mais fédéraliste, ce qui peut poser problème aux Jacobins dans mon style). Et puis il forme lui-même ses joueurs qui deviennent ensuite les meilleurs du monde, vive la passe courte, et bla bla bla. Genre Mes que un club (Plus qu’un club) (j’appelle ça du snobisme) (mais je suis de mauvaise foi) (vous comprenez l’idée). Ce qui ne les empêche pas de palper l’argent du Qatar comme tout le monde, pas trop A las barricadas tout ça dites-moi ! En outre, leur maillot extérieur ressemble à un verre de tequila sunrise mal dosé. Mais bon. Ils sont gentils. Disons que supporter le Barça, c’est un peu comme poster des LOLcats sur facebook. Facile.

LA-PRIERE-DE-DEDE-POUR-DEMAIN

Coupe / championnat. Attention, là faut PAS CONFONDRE les enfants! Erreur de même style que de ne pas distinguer un coup franc d’un penalty. Y en a pas possible, sinon hommes-foot vous jeter hors du cercle de bière avec grande énergie méprisante. Il s’agit ici d’un DFEP : doublé fatal d’erreur potentielle.

Pour vous expliquer la différence, prenons une analogie simple et parlante.

Principe du championnat : la partouze. Toutes les équipes se rencontrent deux fois (aller et retour, figure imposée), chaque victoire = 3 points, chaque nul = 1 point. Quand tout le monde a bien partouzé, on compte les points.

Principe de la coupe : le gang bang. Les matchs sont à élimination directe, il faut toujours un vainqueur, qui se tapera donc le plus grand nombre de matchs.

Principe de l’Euro et de la Coupe du Monde : le porno joyeux. On mélange. Après une première phase de championnat, on sélectionne les meilleurs pour les quarts de finale et on passe au gang bang.

Bref, du cul, du cul, du cul !

Clásico. Affrontement de deux équipes mortellement ennemies depuis toujours, pour des raisons politiques, philosophiques, géographiques, ou on s’en fout c’est une bande de salauds (voir Enculé).

Ce terme espagnol désigne historiquement le duel Barça – Real Madrid, mais peut se décliner en France (PSG-OM) (rhaaaaaaaa), au Portugal (Benfica Lisbonne – FC Porto), en Hollande (Ajax Amsterdam – PSV Eindhoven) ou encore en Belgique (Liège – Anderlecht) (mouahahahaha).

David Beckham. Ne PAS admirer David Beckham sous peine de se faire prendre pour une blonde peroxydée qui ne pense qu’à mater son cul. Le syndrome beckhamien est une erreur majeure de la naïve supportrice : non, au foot, tu ne peux être qu’un gros plein de bière, on n’acceptera pas que tu commentes le physique des joueurs (même si j’ai pas entendu que les hommes se gênent quand ils matent la gymnastique aux JO). Tu dois être là pour le sport. Tu n’es pas une femme, tu es un supporter (de seconde classe quand même, parce que t’es une femme) (mais quand même, t’es pas une femme). Quand tu supportes le PSG, il faut bien s’exprimer sur David le Beau Gosse. Dire : « Il joue propre, même s’il est un peu fatigué ».

Derby. Affrontement de deux équipes proches géographiquement. On peut ici convoquer la notion de région telle que Vidal de la Blache la formula en 1910 (traduisez : la géographe en moi y en a contente) (mais elle se retient de balancer une leçon car elle est magnanime). Le derby corse, par exemple, Ajaccio-Bastia (se finit en général en baston), ou le derby rhônalpin (Lyon – St Etienne), ou le derby du Nord (Lens-Lille), ou le derby de la Madonnina (Inter Milan – Milan AC), ou le derby del Sole (Rome – Naples), etc. etc. comme dirait Stendhal.

Dispositif tactique. 4-2-3-1 (surtout ne vous avisez JAMAIS de dire zéro), 4-4-2, 4-3-3… Répartition des joueurs sur le terrain que je vois pas comment tu peux saisir l’affaire vu que de toute façon ils sont en mouvement. Ne pas se risquer à le commenter avant de longues années de pratique.

Enculé! Tout membre de l’équipe  adverse. L’équipe adverse en général. Surtout si c’est un ennemi historique. Genre l’OM. Potentiellement, l’arbitre peut aussi être de la partie.

Femme / femelle. La femme, sur le terrain, le canap’ ou au stade, n’est PAS LA BIENVENUE. Va falloir donner de ta personne pour montrer que tu LE vaux bien (le supporter de foot plein de bière). Il y aura toujours des attardés du bulbe pour penser, comme l’entraîneur de Lyon, pour prétendre que « les femmes doivent s’occuper de leurs casseroles et ça ira beaucoup mieux » (et si on s’occupait des tiennes? parle-moi de ta mère…) – du coup on est contentes que l’OL soit reléguée, même au profit de l’OM c’est dire. Plusieurs positionnements sont possibles, voyez ici (merci les Cahiers du Football) (peut être utile pour pécho un footeux). Mais sachez que, pour eux, vous serez sans doute toujours une footix (voir Footix). C’est la vie, et la vie est injuste. Mais nous pouvons NOUS BATTRE.

Footix. Supporter de foot récent, souvent venu à la chose via la Coupe du Monde 1998 (après, c’est limite…) Vous, quoi. Préparez-vous, si vous n’êtes pas tombés dedans quand vous étiez petit, c’est pour la vie. Surtout si vous êtes une fille.

La difficulté ontologique du footix est de trouver le seuil en deçà duquel il doit maintenir ses commentaires : peut-il se permettre, comme tout bon supporter, de critiquer les choix de l’entraîneur, voire le jeu de son équipe ? Dans quelles proportions ? Le footix prudent se contentera des remarques de base s’il ne veut pas être constamment ramené à sa basse condition (voir Allez, Enculé et Goal). Dans l’autre alternative, intégrer une bonne dose d’auto-flagellation à la fin de toute tentative de jugement : « …mais je ne suis qu’un(e) footix« .

Goal (ou buuuuuuuuuuut). Rectangle magique où faire pénétrer le ballon. Hurlement de rigueur quand votre équipe marque. A accompagner de gestes divers et désordonnés (sauts, remuage d’écharpe, poing en l’air).

Attention, notez bien que le but de chaque équipe change à la mi-temps. Mais bon, là c’est le niveau zéro, je ne peux pas faire grand chose pour vous…

Hors-jeu. Règle à comprendre absolument. Si vous ne l’avez pas saisie dans toute sa subtilité, deux conseils : ne JAMAIS demander POURQUOI il y a hors jeu à un mâle (son mépris sera éternel), et ne JAMAIS dénoncer un hors jeu de votre propre initiative. Abritez-vous derrière un mâle présent (« ouais t’as trop raison, mais attends y a grave hors jeu là, mais attends, mais QUE FAIT L’ARBITRE ???« ).

Sinon, ben le hors jeu c’est assez simple quand même : « on considère qu’il y a hors-jeu du moment où, lors d’une passe en avant d’un joueur à un autre, il y a moins de deux adversaires entre le joueur qui reçoit le ballon et la ligne de but adverse. » (suite101.fr) Mouahaha. Simple comme bonjour.

Ici c’est… Pariiiiiiiiiiiiis! Eh ouais les mecs. Et on va vous mettre la pâtée. Et mon écharpe PSG elle est trop belle (pas de remarques chiffons, ON VOUS A DIT!).

Jeunes. Oui certes, on rêve toute d’un jeune fougueux dans notre pieux, mais attention les filles, je vous l’ai dit, vous ne serez jamais légitime si vous vous intéressez à un joueur pour ses pecs et son cul (sans compter que ça nous ramène a un niveau comment dire… bassement masculin, et nous le refusons hautement). Le jeune, c’est ce petit prodige qui promet et qu’un entraîneur va repérer et former à la sueur de son front, et risquer ensuite de perdre à la merci du mercato, ce grand échange de joueurs entre clubs à coups de millions que l’union européenne a consacré parce que les biens et les personnes doivent circuler librement – les minima sociaux, moins. Bref, le jeune est un espoir.

Arsène Wenger, un homme bien de chez nous (plus d’accent que ma grand mère malgré un séjour à Londres de plus de 15 ans), pratique abondamment cette technique de « découvreur de talents », ce qui en ferait un « pédophile ». Mouahaha. Blague. Oui, à B, faudrait rajouter blague de foot: souvent de mauvais goût. Rire sous peine de passer pour une footix (voir Footix). Comme si les Alsaciens pouvaient être pédophiles. Les Alsaciens sont le sel de la terre, point. Et le RC Strasbourg traverse une mauvaise passe, C’EST TOUT.

Kung-fu football. Fallait bien un K. C’est plutôt ridicule, mais si ça vous amuse… Voir ici.

Lent. Les joueurs de ton camp sont souvent trop lent, ceux d’en face trop rapides. Ça vaut notamment quand ton équipe joue face au Barca. NON NON NON! Malheureuse, ne crois pas que le foot se gagne toujours à la rapidité!  Le Barça joue lentement, et il te nique quand même.

Maillot. Ne pas trop faire de remarques sur l’esthétique de la chose. La femme en vous doit abandonner son point de vue sur les oripeaux. Sachez uniquement que le maillot n’est pas le même selon que l’équipe joue chez elle ou à l’extérieur (en mode pyjama / sortie, pourrait-on dire). Apprendre quelques couleurs emblématiques de maillots, pour éviter de faire le bouc et de se retrouver chèvre : vert Saint-Etienne, sang et or Lens, bleu ciel OM, bleu foncé rouge PSG !!!! (so Dior) (STOP!!! Alerte chiffons!!)

Nul. Match nul, arbitre nul, joueurs nuls. Adjectif qui s’applique à ce qui ne vaut pas le coup dans le football.

foot-2012

Ouaaaaaaaaaaaaaaais!!!!!!! A prononcer juste après Buuuuuuuuuuuuut !!! (voir Goal).

ON Y CROIT. Pour le match de ce soir : Allez Paris-Saint-Germain ! Allez Paris-Saint-Germain ! Chantez Paris-Saint-Germain ! Allez les Parisiens !

Plus qu’un sport.

(et j’ai pas fini de vous emmerder avec)

Stay tuned pour la suite (mais promis je ferais des détours vernis à ongle avant).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s