Du langage écrit et de ses travers

Alors ouais, la lonesome camionneuse est prof dans le civil, et elle est un peu obsédée par les fautes d’orthographe et/ou de grammaire, mais aussi par les néologismes à la con, les mésusages et autres modes onomastiques de merde qui l’énervent au plus haut point. Bon OK, c’est une control freak du langage écrit. Mais attention, ne croyez pas qu’elle en soit fasciste du verbe pour autant, la correction de trop, toujours trop nombreuses copies d’étudiants l’a vaccinée contre ce travers (un nazi de la correction verbale y succomberait en effet instantanément) – surnagent dans ces immortels ouvrages plus de fautes en tout genre que de poux sur le caillou d’un cro-magnon. Cette surexposition aux fautes les plus grossières a rendu la lonesome camionneuse tolérante à l’exercice du style le plus exécrable dans la pratique personnelle des uns et des autres, tant que cela ne touche pas au domaine de l’imprimé. Ouais, ici on est très Troisième République, on respecte le livre et tous ses dérivés.

En vérité, ce qui rend folle la lonesome camionneuse, c’est la rencontre de ce type d’atrocités dans les ouvrages publiés, qu’ils s’agisse de magasines féminins (ouais, ok j’en lis encore plus souvent qu’à mon tour malgré ma détestation officielle) (ne croyez pas un mot de ce blog aussi farfelu que les fringues de Lady Gaga), de discours politiques (FH2012 btw tu m’as un peu endormie samedi, tu es très efficace contre l’insomnie) (mais je ne t’en veux pas, tu es un brave garçon) ou de journaux mainstream genre Le Monde et Libé (et non pas le Figaro, à droite toute certes, mais ils ont une tenue littéraire assez irréprochable – pour ce que j’en lis), voire de leurs atroces dérivés cultureux d’une prétention aussi peine-à-jouir que wannabe dans le coup (genre Next, vous avez déjà lu Next ? M’en suis pas remise ! Vous en parlerai peut-être un jour, mais m’en suis pas remise) (franchement, les wannabe branchés qui se la ramènent sans se rappeler que l’art c’est avant tout du kif m’énervent assez profondément) (je me rends compte avec effroi que cette affirmation est d’une prétention sans nom mais j’m’en fous, le monster truck me protège). Je ne parle pas des livres, car cela risquerait de nous emmener plus loin que les étoiles, entre les trous noirs où meurent les supernovas (oh allez, un peu de lyrisme ça ne fait de mal à personne !)

Bon, de quoi veux-je parler ? D’abord, il y a des confusions phonétiques qui me rendent hystérique, du genre : tache et tâche. Bon sang de bois de bachi-bouzouk de mille sabords (capitaine Haddock, ô ma lumière, toi tu kiffes les mots et c’est ça qui est bon), c’est pas COMPLIQUÉ merde, ça s’entend quand ça se prononce : tache, avec un a court, c’est le truc sale, la souillure, la flétrissure (oui, flétrissure infâme que ces confusions d’accent !) et tâche avec un a long, c’est le travail, tripalium, la torture, le truc le plus relou que l’humanité a inventé durant sa courte existence. Voilà. Revenez pas me faire chier avec ça. C’est quand même fou, pour une fois que ça s’écrit comme ça se prononce ! Vous en foutrai, moi, des réformes de l’orthographe, si les gens ne prononcent pas correctement la langue de Molière et de Rabbi Jacob ! (alors bon, là je veux pas me la péter mais à ce qu’il paraît je prononce cet auguste idiome avec la précision d’un coucou suisse, dixit un pote doctorant en linguistique qui m’a enregistrée pendant 2 heures – je maîtrise à donf la distinction entre ɛ̃ (hein) et œ̃ (un), eh ouais les gens, suite à un dressage de ouf en quittant mon Alsace natale, je suis plus calée qu’une Parisienne de souche) (ce post est bourré de parenthèses d’une prétention hallucinante, mais c’est pas grave je m’aime beaucoup aujourd’hui, on va pas faire semblant d’être modeste non plus).

Autre exemple d’une navrante régularité dans les magazines féminins : laisser « pauser » au lieu de « poser » (la crème de jour / l’après-shampoing / le masque aux algues / l’après-soleil / les huiles essentielles…) (c’est fou le nombre de trucs dont on peut s’enduire quand on est une fille) (triste destin). Pauser, c’est bien simple, ça veut dire « faire une pause en musique », et ça correspond à ça :Et pas à ça (le ridicule ne tue pas) :Que ce soit bien clair, entre vous et moi.

Alors voilà, là déjà vous en avez deux bons exemples qui me font sortir les yeux des orbites, les végétations du nez et les amygdales de la gorge. Voyez comme mon potentiel de rage est facilement excitable. Je suis une vraie cocotte-minute du vocabulaire. C’est tout à fait épuisant, mes chers (prononcé sur un ton de star désabusée).

Après viennent les modes verbales, mais purée ils vont arrêter de sortir tous les mêmes expressions toutes faites ? Là, tu comprends le sens de l’expression langue de bois. Et c’est pas parce qu’ils ont lu tout Zadig et Voltaire qu’ils sont plus performants. Anglicismes mal digérés (les miens le sont très bien, merci) (mes intestins ne s’en sont pas plaint en tout cas), amour des substantifs (alors que les verbes disent bien ce qu’il y a à dire), italianismes à la con (Monica B., bellissime, mincissime, cultissime et surtout connissime comme le journaliste qui ne sait ni le Français ni l’Italien). Le coup de « être en capacité » est, je crois, celui qui me crispe le plus. Quand je l’entends ou le lis, je deviens instantanément plus raide qu’une bûche de chêne. Mesdames, messieurs, qu’on se le dise, cette atroce expression se résume utilement sous le vocable facilement disponible de « pouvoir » (je peux, tu peux, il peut : beau verbe, quand on y pense). Eh ouais.  « Nous sommes en capacité d’améliorer la compétitivité des entreprises » : NON NON NON NON!! Remballe tes substantifs de merde ! (La compétitivité est un de mes autres chevaux de bataille, mais je ne vais pas les épuiser ils sont trop nombreux et ça m’énerve !!!)

La lonesome camionneuse est une grosse snob et se la pète grave. Elle est plus conservatrice qu’une vieille baderne de l’Académie française. Elle croit qu’elle sait ce que parler veut dire. Merci de la laisser nager toute seule dans son rêve bleu.

3 réflexions sur “Du langage écrit et de ses travers

  1. Dommage que tu ne développes pas toutes les digressions, j’attends avec impatience le sujet sur Next – source infinie de stupéfaction pour moi aussi.

  2. Pingback: Des wannabe branchés « Wandering City

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s