Aberration ovoculinaire

Eh oui je suis de retour aux States pour un temps hélas trop court, assommée par le décalage horaire (22h/4h du matin) devant la télé et les playoffs du championnat de la NBA (Chicago Bulls vs Indiana Pacers,  et selon l’expert sur le canapé le match est fort décevant…) Avantage du sport à la télé, et surtout du basket : un peu moins de pub que d’habitude, c’est-à-dire que pour une fois il passe plus de programme que de pub. Oui parce que sinon c’est coupure toutes les 5 minutes, et pour des pubs bien moisies c’est moi qui vous le dis ! Bref.

Je voulais lâcher ici une  salve indignée face à l’incurie culinaire des Américains. On a beau le savoir, on est quand même choqué quand on y est confronté… En effet, si les Américains passent la moitié de leur vie à manger / devant la télé (les 2 activités n’étant pas incompatibles, c’est pratique) / à penser à manger devant les pubs Taco Bell ou Mc Do à la télé ; si Michelle s’inquiète de l’obésité locale (hélas la New Yorkaise est assez mince, la joie de comparer ses cuisses à celles des femmes croisées dans la rue y est donc toute relative) ; si les maisons de banlieue américaine sont équipées de superbes cuisines immenses ornées de casseroles de toutes tailles en stainless steel… c’est pour mieux ne pas faire la cuisine, mon enfant !

Ici règnent le take away ou le tout fait, mais là où ça devient pervers c’est le tout fait qui te fait croire que tu fais. Ouais. Et là, y a du lourd : of course la pâte à gâteau où il ne reste qu’à rajouter le lait ou les œufs, bon jusque là rien que de très normal, ça existe aussi dans notre doux pays de la gastronomie… Mais là où j’ai failli faire une syncope / attaque / crise cardiaque alors que je faisais tranquillement la queue à Trader Joe’s (je vous raconterai Trader Joe’s une fois, c’est trop de la balle, enfin en fait c’est juste un peu comme un supermarché français et pas trop cher), c’est quand j’ai aperçu l’objet de mon étonnement, de mon dégoût, de ma colère, j’ai nommé : le blanc d’œuf liquide en bouteille.

Oui : LIQUID EGG WHITES IN A BOTTLE. No message here.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs, un geste que seuls quelques artisans qualifiés à l’expérience millénaire maîtrisent encore. Faut dire que c’est fatigant hein !

Après enquête, je suis plus atterrée que jamais : non, ce n’est pas pour monter des blancs en neige que ce produit existe – monter des blancs en neige ! Une transformation culinaire qui dépasse l’imagination de tout New-Yorkais qui se respecte ! Mais… Eurk beurk… pour faire des OMELETTES DE BLANC D’ŒUF.
Je m’arrête là pour manger un œuf en chocolat bien français, car je suis au-delà de la stupeur.

Et d’ailleurs je suis trop fatiguée pour traduire, na ! Ca tombe bien, je raconte des trucs méchants ! Sorry America…