Des marchés de Noël et des nombreuses impostures qui en découlent

Oui je sais c’est la nouvelle année et je m’attarde encore sur le marché de Noël alors qu’on en est enfin débarrassés. Car pour les riverains de ce type d’installation touristique diabolique, le quartier devient vite un enfer.

Pourtant tout avait bien commencé : comme d’hab, les Alsaciens sont au taquet en matière de marchés de Noël, dans la pure tradition germanique. Depuis le XIVe siècle (eh ouais !), Strasbourg représente dans la vente d’objets noéliques – notons ici encore la supériorité historique du Bas-Rhin sur le Haut-Rhin (voir ici ou ici ou encore ici en matière de sapins, tiens tiens je suis un peu obsédée par les sapins). La chose, chers amis, n’était cependant pas une débauche célébrant la consommation à tous crins. Bien sûr l’Alsacien est marchand, l’Alsacien aime la bonne affaire, l’Alsacien aime à dépenser l’argent qu’il a souvent en abondance. Mais l’Alsacien est aussi bon chrétien, et c’est pour cela que depuis 1570 le vrai, l’unique, le magnifique, l’extraordinaire, l’inégalable marché de Noël de Strasbourg s’appelle Chrinstkindelsmärik (marché du petit Jésus) pour lutter contre le culte des saints (au passage notons que cela nous permet d’évacuer l’increvable Père Noël).

De fait, l’Alsacien se contentait d’acheter au marché de Noël des sapins, des jouets, et sans doute une bonne quantité de bouffe et de vin chaud (Uf ’me volle Büch sitzt e luschtiger Kopf ! comme on dit chez nous – à ventre plein, joyeuse mine !) pendant une période raisonnable (le marché ne durait que 8 jours et fermait à la fin de la messe de minuit) et sur une seule place de la ville. Bref, un marché bon enfant et vite emballé, où on trouvait des sapins de la meilleure qualité à prix raisonnable.

Mais las ! depuis quelques années, cette manifestation commerciale sans prétention a étendu ses tentacules touristiques et néo-libérales dans le monde entier. A Strasbourg même, le marché a envahi tout le centre-ville et dure bien après le 25 décembre (ce qui veut dire que les malheureux commerçants passent Noël à se geler les miches dans leurs baraques mal chauffées. Vive le droit social.). C’est peu de dire qu’on s’y soulève, les cars de touristes débarquent en hordes fournies.

Et las ! l’idée de marché de Noël a essaimé dans des villes où la tradition de Noël n’est qu’une pâle imitation du robuste Noël alsacien (voir ici). C’est ainsi que sur la place des Abbesses à Montmartre de laideronnes baraques se dressent pendant plusieurs semaines, empêchant l’accès au métro au prof pressé qui part fidèlement rejoindre ses étudiants (bon ok je pars toujours au dernier moment, c’est mal), et proposant au chaland des marchandises sans rapport avec Noël (barbe à papa, bijoux de mauvais goût et autres joyeusetés). Ce genre d’imposture n’a de marché de Noël que le nom.

Voyez aussi ce ridicule marché de Noël riquiqui qui tente de se faire une place sur Daley Plaza à Chicago (mais qu’on laisse Picasso tranquille !) et dure 2 mois pleins (aux States le saint commerce se célèbre dans la durée). C’est vrai que le style du gratte-ciel moderniste se marie bien avec les baraques de Hansel et Gretel.

Ce n’est pas que je n’aime pas la mondialisation, ce merveilleux mouvement de l’histoire qui nous rend tous plus heureux, plus épanouis, et nous permet de renouer le lien social grâce à une économie riante, mais en urbanisme des fois l’uniformisation qui accompagne la chose me laisse pour le moins perplexe… En tout cas, j’attends de pied ferme le marché de Noël d’Oulan-Bator.

5 réflexions sur “Des marchés de Noël et des nombreuses impostures qui en découlent

  1. Dis donc estimez vous heureux, j’ai passé Noël à Bourges, espérant me réchauffer dans un meu de monde sur le marché, trois pèlerins et un mini stand de vin chaud m’ont bien déçus!
    J’aurai beaucoup donner pour visiter l’alsace et trouver un peu de chaleur humaine! ( Après quand on s’éloigne des grosses villes, ca doit pas mal changer… )

    • En effet, je trouve les « imitations » de marchés de Noël assez ratées dans l’ensemble (comme le post le montre, j’espère!). C’est vrai que dans certaines petites villes alsaciennes on trouve des marchés plus sympas qu’à Strasbourg (notamment à Colmar et Sélestat apparemment) mais en tant que Strasbourgeoise d’origine je déplore beaucoup l’aspect commercial et soulèvement de foule du Christkindelsmärik aujourd’hui – en fait, les touristes y sont plus nombreux que les Strasbourgeois alors qu’à l’origine c’était juste un petit machin sans prétention…
      Et pour la chaleur humaine, vous êtes très gentil de nous doter de cette qualité (beaucoup d’amis trouvent que les Alsaciens sont franchement mal-aimables, mais je ne suis pas du tout d’accord!!)

  2. Bon alors la prochaine fois, Alsace, mais pas Strasbourg… Mais alors dans les petites villes, le marché étant bien plus petit, plus rapide à visiter, que conseillez vous de faire, sur un minimum de deux jours? Il doit falloir connaître, quand même… Strasbourg ça reste la ville pour ceux qui, voulant découvrir la région sans connaître peuvent trouver facilement ce qu’il faut voir. Je suis sûr que si les gens savaient, il se disperseraient un peu plus dans la région. Pour un touriste l’envie d’autenticité ne trouve que rarement ce dont il a besoin dans les gros évènements, mais bon, à défaut…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s