Mur, Plaine Saint-Denis, 93. Wall, Plaine Saint-Denis, 93.

Havres d’âmes à la dérive, auréoles glauques
Murs mastoc, s’imposent comme seigneurs de ces blocs
Tatoués ou gravés jusqu’à la moelle opaque voile
Scellant l’intimité de nos proches, comme une vivante toile,
Et mille chocs, façonnant vos visages
Empêchent mes yeux de parcourir le paysage
Combien de fois ai-je écrit mon idéal sur cet héritage
Stériles larmes, art sacré, traits véritables.

I am, « Murs », album Revoir un printemps, 2003.

17 novembre 2011
 
Havens of souls drifting away, squalid rings
Bulky walls, intruding as lord of these blocks
Tattooed or engraved to the bone opaque veil
Sealing our relatives’ privacy, like a living canvas,
And a thousand crashes, shaping your faces
Prevent my eyes from glancing around the landscape
How many times have I written my ideal on this inheritance
Fruitless tears, sacred art, true features.

I am, « Murs », album Revoir un printemps, 2003. Translation by me.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s