Tasty encounter: Paris, New York / Rencontre savoureuse: Paris, New York

C’est simple, mais c’est trop bon: un peu de cream cheese (merci Monoprix, ce n’est que du Philadelphia mais ça déchire quand même!) sur une baguette qui sort du four.

Un peu de New York sur un peu de Paris, bon appétit!

It’s so simple, but it’s too good: a little cream cheese (thanks to my Parisian supermarket, it’s only Philadelphia but it still rocks!) on fresh-baked baguette.

A little New York on a little Paris, bon appétit!

♦ ♦ ♦

La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes.
Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, – sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente.
Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable…
Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.

 Francis Ponge, « Le Pain », Le Parti-pris des choses, Gallimard, 1942.

The crust on a loaf of French bread is a marvel, first off, because of the almost panoramic impression it gives, as although one had the Alps, the Taurus range, or even the Andean Cordillera right in the palm of the hand.
In that light, an amorphous belching mass was slipped into the stellar oven on our behalf, and there while hardening, it molded into valleys, ridges, foothills, rifts…And from then on, all those clearly articulated planes, all the wafer-thin slabs where light takes care to bank its rays – without a thought for the disgraceful mush beneath the surface.
That cold soggy substratum, the doughy innards, consists of a sponge-like tissue; there flowers, leaves are fused together at every bend like Siamese twins. When the bread grows stale, the flowes wither and shrink, they come apart from one another and the whole thing goes to crumbs.
But let’s cut short here. For bread should be mouthed less as an object of respect than of consumption.

Francis Ponge, « Le Pain », Le Parti-pris des choses, Gallimard, 1942. Translated by Lee Fahnestock, The Nature of Things, Red Dust Inc.

2 réflexions sur “Tasty encounter: Paris, New York / Rencontre savoureuse: Paris, New York

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s