Hammam & femmes

Le hammam est un de ces lieux de vice détente destiné aux citadines pressées dont la couenne est agressée par la pollution urbaine – il répond parfaitement à l’injonction constante adressée à la femme par les magazines féminins et autres instruments médiatiques de l’asservissement féminin volontaire : faut commencer l’anti-rides à 30 ans, mets ton anti-cernes au frigo, ça donnera un « coup de fouet » bien utile à ta gueule de bouledogue que même pas tu devrais oser sortir avec rue des Abbesses et FYI* ça va te coûter 70 € les 10 millilitres – soit le contenu de 2 cuillers à café !

Donc le hammam c’est bien parce que tu te plonges dans une chaleur humide intense qui te fais suer à mort, donc éliminer les toxines (c’est bien ça, éliminer les toxines ! En mode extrême, le conseil c’est de faire un « week-end détox » où tu passes ton temps à sacrifier ton corps au Dieu sport, à boire des tisanes bizarres et à bouffer de la soupe aux choux… mais le hammam ça va aussi, hein !) et puis après tu te mets le savon noir tout glissant sur le corps et tu t’exfolies avec le gant qui gratte, et (grand avantage du hammam quand même) à la fin tu as la peau toute douce !

Mais ce qui est vraiment génial dans le hammam (outre que c’est moins cher que la crème antiride, et que c’est une pratique qui a une histoire longue et riche, qui donne des envies d’ailleurs, de soleil, de Méditerranée), c’est la sociabilité si féminine qu’il permet. Eh ouais, on a beau être féministe, on aime cultiver sa différence et son mystère.

Un peu hors du temps (pas d’horloge), hors de Paris (décor « à l’orientale »), hors des hommes – la forme du corps perd de son importance. Pourtant, pas plus violent d’habitude que le regard d’une femme sur une autre femme, mais bon au hammam on est bien fatiguées par la chaleur, on a autre chose à faire que de se juger… On se demande pourquoi certaines prudes se ramènent en maillot une-pièce couvrant des années 80. (Oui les Parisiennes sont bégueules, alors que dans l’Europe du Nord tous à poil en 5 minutes !). On se retrouve entre copines pour tailler une longue bavette en engloutissant des litres d’eau (faut pas se déshydrater) puis des thés à la menthe bien goûtus. Eh oui les gars, désolée de décevoir vos fantasmes à la Jean-Do (Ingres), mais le hammam n’est pas un vaste champ de corps féminin lesbien… Ah, le fantasme du harem ! So old fashioned !

Les amies, voilà le vrai trésor du hammam. « Una delle più grandi felicità della vita è l’amicizia; e una delle felicità dell’amicizia è avere qualcuno a cui confidare un segreto » –   Alessandro Manzoni

* For Your Information pour les intimes

Hammam is one of those dens of iniquity relaxation intended for the female city dwellers whose hide is attacked by urban pollution – it perfectly answers to the continuous injunction addressed to the woman by women’s magazines and by other media instruments of the willing feminine enslavement: you should begin with anti-wrinkle when you’re 30, put your concealer in the fridge to “boost” your bulldog’s face that you shouldn’t even dare to go out like that, and FYI it will cost you $90 for 10 milliliters – or two teaspoons!

So, hammam is good because you dive into a humid heat that makes you sweat to the death, thus eliminate your toxins (eliminate toxins, that’s good! If you’re in an extreme mood, the piece of advice is to do a “detox weekend” where you spend your time sacrificing your body to the God sport, drinking strange tisanes and eating cabbage soup… but hammam is also ok!), then you put slippery soft soap on your body and you exfoliate with the itching glove, and (finally the big advantage of the hammam) eventually your skin is all soft!

But what’s so awesome about hammam (as well as being cheaper than anti-wrinkle cream, and as being a practice with a long and rich history and that creates a desire for elsewhere, for sun, for Mediterranean lands), is the feminine sociability it allows. Yeah, yeah, no matter how feminist we are, we also like to cultivate our difference and our mystery.

A little out of time (no clock), out of Paris (oriental décor), out of men – the form of the body looses in importance. And yet, usually nothing is more violent than the look of a woman on another woman, but well in the hammam you’re tired by the heat, you have other things to than to judge each other. You wonder why some prudes come over in their covering one-piece swimsuit from the eighties. (Yes, Parisians are prigs, while in Northern Europe everyone is naked in 5 minutes!). You meet among friends to have a good chat, gulping down litres of water (you shouldn’t dehydrate), then tasty mint teas. Well yeah guys, sorry to disappoint your Jean-Do (Ingres) fantasies, but the hammam is not a vast lesbian field… Ah, the harem fantasy! So old fashioned!

Friends are the hammam’s real treasure. « Una delle più grandi felicità della vita è l’amicizia; e una delle felicità dell’amicizia è avere qualcuno a cui confidare un segreto » –   Alessandro Manzoni

Une réflexion sur “Hammam & femmes

  1. Curieux. J’enseigne le récit du Voyage en Egypte de Flaubert en ce moment. Lui, évidemment, ne manquait pas d’apprécier les attraits des lieux clos, hammam et harem, bien distincte en faite, mais tous les deux endroits privilégies et champs de désir. Se mettre à l’abri ou « cultiver sa différence et son mystère » afin de mieux séduire: l’un n’est peut-être pas si loin de l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s