Hooters – ou l’Amérique du bon goût / Hooters – or America’s good taste

Bien. Dans des circonstances indépendantes de ma volonté – merci à mes potes alsaciens qui viennent à NY et me traînent dans tous les nids à touristes, youpi!, je me suis retrouvée à manger chez Hooters. Qu’ézaco? me direz-vous, braves gens, qui ne soupçonnez point la perversité de la chose! Bon, Hooters déjà c’est pas trop l’endroit où t’amènes ta copine de lycée ultra-snob (moi), pas non plus vraiment là où tu attends de la bonne bouffe. Hooters, ça veut dire la chouette, mais pas celle d’Athéna parce que c’est aussi un mot d’argot pour dire nichons, d’où le magnifique concept de cette chaîne de restos typiquement américaine.

Quelle est donc cette antre du démon? Eh ben, tout simplement un resto où les serveuses sont « bonnes ». L’antre des nichons et de la bière. Citons wikipédia: « La clientèle visée est essentiellement masculine dans la mesure où le service est assuré en majorité par des jeunes femmes dont l’uniforme de travail est un mini short orange (NDLR: une allusion à Princeton???) et un tee-shirt (ou débardeur) échancré à l’effigie de la chaîne. » Ainsi, les braves filles (les « girls next door » traditionnelles, on a vu des étudiantes en médecine sur le site de Hooters, oui les gars vous allez pouvoir vous rincer l’oeil sur l’uniforme!), doivent signer le contrat suivant: 1. Pour mon travail, je dois porter l’uniforme Hooters ; 2. Pour mon travail, je dois dialoguer et divertir les clients; 3. Le concept de Hooters est basé sur l’emploi de filles ayant du sex-appeal, et l’ambiance de travail est joyeuse et communicative; 4. Je ne trouverai pas mon travail intimidant, l’uniforme inconfortable, l’environnement du restaurant hostile…

Consternant, n’est-il pas? Où est le droit du travail??? Pas ici en tout cas!

Et pour finir… un des pervers qui m’a entraîné dans ce lieu maudit (qui est assez rigolo en fait, une fois passé le choc de la féministe) a fini avec une diarrhée carabinée tellement la nourriture était épicée…La vengeance est un plat qui se mange parfois chaud!

Bref, une bonne dose d’excitation vous attend chez Hooters, foncez, il y en a plus de 400 aux Etats-Unis!

♦ ♦ ♦

So. In circumstances totally out of my control – thanks to my Alsacian pals who come to New York and drag me off to every tourist trap, gee!, I ended up in eating at Hooters. Whassat?, you’ll ask me, you good people who don’t suspect the perversity of the concept! Ok, Hooters is actually not the place where you bring your very snob high school friend (me), not really either the place where you’re eating fine cuisine. Hooters means an owl but also boobs, which leads us to the magnificent concept of this typically American restaurant chain.

So, what’s the demon’s den? Well, just a restaurant where waitresses are hot. The den of boobs and beer. Let us cite Wikipedia: “The looks of the waitresses are a main selling feature of the restaurant. A Hooters Girl is a waitress employed by the Hooters restaurant chain. The girls are recognizable by their uniform of a white tank top with the « Hootie the Owl » logo and the location name on the front paired with the famously short nylon orange runner’s shorts” (editor’s note: an allusion to Princeton University???). So, the traditional “girls next door” (you can see some medical students on the Hooters website, go on guys you can get an eyeful with the uniform!), have to sign the following contract: “I hereby acknowledge and affirm that (1) my job duties require I wear the designated Hooter’s girl uniform; (2) my job duties require that I interact with and entertain the customers; and (3) the Hooters concept is based on female sex appeal and the work environment is one in which joking and innuendo based on female sex-appeal is commonplace. I also expressly acknowledge and affirm I do not find my job duties , uniform requirement or work environment to be offensive, intimidating, hostile or unwelcome.

Appalling, isn’t it? Where is Labor law??? Nor here, anyway!

And in the end… one of the perverts who took me to this cursed place (actually quite funny, once the feminist shock’ is gone), ended with ferocious diarrhea because of the very spicy food…Revenge is a dish sometimes best savored hot!

So, a good deal of excitement is waiting for you at Hooters, go, there are more than 400 in the US!

 

3 réflexions sur “Hooters – ou l’Amérique du bon goût / Hooters – or America’s good taste

  1. Thanks a lot for this blog post! It captures the astonishment I felt when I first got into a Hooters. What is this place, seriously? Seeing those waitresses in those super tight tops makes me feel really uneasy. None of them is more than 25. Some look incredibly young.

    The thing is, the atmosphere in there could be fun, but it’s not. I might be overreacting, but I find this place unhealthy, really. It’s just about food being brought to your table by young attractive girls — and by the way they don’t speak, they shout, which is exhausting.

    I realize I really sound French with this comment, but I take my responsibilities for that! Hooters, not awesome. At all. I prefer eating macarons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s