Du repassage

À vrai dire, je m’étonne de ne pas avoir écrit plus tôt sur ce sujet fondamental. Mais par ce temps ensoleillé de printemps où tout le monde se fout à oilpé dans les parcs avec un sans-gêne qui frise l’inélégance et offusque les plus bienséants d’entre nous, dont je suis, la pudeur est mon moindre défaut, gens impudiques, donc, qui discriminent en outre avec violence les honnêtes femmes qui se lèvent vers 14 heures et trouvent alors toutes les terrasses de café colonisées (nombre y emmènent même leurs enfants), par ce temps d’indécence et d’égoïsme impitoyable, il est temps d’expier, de souffrir, et de parler repassage. Ne croyez pas que je m’éloigne de mon sujet, quoi qu’il m’arrive de temps à autre, je le confesse, de digresser. Sacrifice nécessaire aux méandres de l’Être, qui prend son temps mais n’en rejoint pas moins la mer même si les chenaux sont parfois violemment anastomosés.

Considérez ainsi, je vous prie, que les gens, et les enfants en particulier, sont étroitement liés au repassage : en effet, les gamins sont une source de désordre quand le repassage est, lui, un rempart contre l’entropie. On pourrait ainsi légitimement penser qu’aimer l’un c’est détester l’autre, et inversement. Grossière erreur. L’un comme l’autre me sont ainsi, en théorie, sympathiques mais, dans le réel, plutôt désagréables. Retenez vos chars, vous qui allez me traiter tout de go de vieille fille aigrie : j’aime beaucoup les enfants mais quand ils font partie de ma famille, sinon c’est quand même des petites machines à bouffer, à crier et à demander Pourquoi. Quant au repassage, rien que de positif là-dedans, si l’on reste dans le théorétique : des vêtements défroissés et propres, une femme blanche et blonde qui sourit dans son salon en cuir blanc au milieu d’une pub Fébrèze, le truc qui t’envenime tellement les bronches que tu as l’impression d’être dans un océan olfactif de « douceur de lavande océane à la soupline de fibres de soie » bref, que du bonheur.

l-20131009122337

Joie et épanouissement

L’ennui (ou les ennuis, plutôt, car il y en a plusieurs), c’est que c’est fatiguant, d’abord. Il faut : sortir la planche à repasser qui est coincée de manière totalement impossible entre les chiottes et le mur, découvrir à cette occasion qu’il y a des moisissures sur le mur, jurer, se dire qu’il faudrait nettoyer le mur, penser au ménage qui s’ensuivrait (parce que si tu nettoies le mur c’est ouvrir la boîte de Pandore), se dire que tu préfères le ménage à ta façon, qui consiste depuis deux mois à ramasser les moutons qui traînent et à pester contre les paillettes que tu as foutu partout dans l’appart avec ton tutu neuf pailleté (qui n’a, lui, pas besoin d’être repassé Dieu merci), te dire que tu es une déplorable femme d’intérieur et que c’est pas comme ça que tu vas pécho, te dire que c’est pas possible de réfléchir en des termes aussi machistes, enfin entamer un cercle vicieux de réflexions déprimantes, voire nocives.

Si l’on pousse ces réflexions à leur suite logique, il faut faire le constat de ton inadaptabilité congénitale à être une bonne ménagère. Tandis que tu fais chauffer le fer posé n’importe comment sur la table et que ta nappe commence à sentir dangereusement le roussi, tu regardes perplexe la bouteille d’eau déminéralisée que tu as achetée sur les conseils de ta mère, sans oser tout de même l’appeler (à 35 ans, merde) pour lui demander comment ça se fait qu’au lieu de produire un élégant nuage de vapeur comme quand elle utilise son fer (ou sa centrale vapeur, ma mère est une personne très versée dans les affaires de bonne tenue du ménage, et d’ailleurs un petit message : pas d’inquiétude pour le ménage Maman, n’oublions pas que s’exposer aux bactéries c’est bon pour la santé ça me permet de construire des défenses naturelles en béton), ton engin s’obstine à crachoter de l’eau partout, du coup t’as peur d’en mettre parce qu’on dirait que ça fuit, et même parfois ça fait des traces brunâtres, du coup t’as changé de fer mais c’est toujours la même merde, du coup tu repasses sans vapeur et ça marche moyen, sans déconner l’électroménager te hait, injustice du monde, et BAM re – le cycle de pensées négatives.

61b4473ed0ae06e4d475073c378ac536

KILL ME NOW.

D’ailleurs, soyons lucides : je ne sais pas repasser. Et puis ça chauffe, c’est dangereux, surtout pour les gens comme moi qui ont tendance à poser la main directement sur une plaque pour vérifier si elle est chaude (un moyen efficace, en effet, mais plutôt douloureux, je vous déconseille).

Voudrais-je séduire un homme en lui repassant ses chemises, je serais un déchet humain, un rogaton de l’espèce sapiens sapiens laissée sur le bord du trottoir, car 1. quel est l’intérêt ? (apparemment c’est bien les chemises repassées, bon, mais MOI qu’est-ce que j’en ai à foutre ? rien ; moi je les repasse pas, mes chemises, j’ai développé tout un système de séchage limitant le froissage et pour le reste je passe sans doute pour une souillon mais, comme dit mon parrain « sans cela ce ne serait pas toi ») et 2. what le fuck la personne qui a inventé la chemise, mais t’avais fumé la moquette de bon matin toi ! encore un homme qui n’a jamais mis la main sur un objet de ménage, t’as même pas calculé le nombre de plis possibles pendant que tu passes péniblement le fer dans des endroits plus vallonnés que le Grand Canyon ; pensez, par ailleurs, qu’autrefois les hommes portaient des jabots, et amidonnés encore. Exploitation pure et simple de la femme par l’homme. Personnellement je me destine à regarder mon mec putatif repasser depuis le canapé, en ponctuant sa tâche de commentaires ironiques « j’aurais pas fait comme ça » ; ou à finir célibataire, rien à foutre.

Le pire c’est qu’il y a des gens que ça fascine. Je ne juge pas, attention, loin de moi cette idée, je suis plus impartiale qu’un Président de cour de cassation, mais bordel le masochisme a de beaux jours devant lui. L’autre jour, un ami évoquait, les yeux plein de larmes, les miracles accomplis par son « défroisseur vapeur » ou je ne sais quelle machine du diable inventée par les Japonais, dont il paraîtrait que certains auraient même des poils de cul lisses, information dont je ne dispose pas de première main, je tiens à le préciser ici – mais en tant qu’écrivain je me dois d’explorer les noirceurs de l’âme et du corps humains, et c’est pas facile tous les jours quand vous saurez qu’il existe en effet plusieurs forums Doctissimo sur les poils pubiens lisses.

Oui, nous habitons un monde ridicule et bien le bonjour.

ob_ac6b6711e2379da88177d1599a24b5f5_repassage-humour

Toujours plus loin, plus haut, plus fort.

Des dangers de se maquer

Tandis que mon plus fidèle ami qui a même quasiment réussi à me faire acheter une étagère à 500 balles (car mon cerveau est, hélas, plus que disposé à se prostituer), me rappelle opportunément que mes fidèles lecteurs n’ont « pas entendu parler de moi depuis longtemps » (oui je veux bien parler de facebook, facebook est mon plus fidèle ami, non je n’ai pas d’amis, oui j’aime me plaindre), je me rends à cette douloureuse évidence : je n’ai rien à dire. Non pas que je sois la seule à écrire des pavés pour ne rien dire, mais je ne suis pas totalement une pute amorale et franchement, ces derniers temps rien à signaler : un défilé de mode aux Folies Bergères (passons sur mon indignité tellement j’étais au TAQUET), un de mes élèves en garde à vue, François Fillon tout nu et pas bronzé, la préparation des bacs blancs grosse folie pendant que tout le monde boit des coups en terrasse. L’actualité n’est pas folichonne ; ne nous voilons pas la face.

J’ai donc décidé de prendre un sujet à bras-le-corps, à savoir l’enjeu tout entier de l’existence de ce blogue : le célibat. Car finalement, si la société m’amène à penser que je suis une merde indigne d’exister parce que je n’ai pas de mec, c’est bien son problème (et le mien). Par ailleurs, damned, me dis-je, ai-je vraiment envie d’avoir un mec ? Non parce que je fais genre mais je ne suis pas non plus totalement incasable quoi qu’en pense ma grand-mère. C’est donc qu’en moi quelque chose résiste (quelque chose en moi ne tourne pas rond, résiste, prouve que tu existes, etc. etc.), mais quoi ?

Dès lors, me suis-je demandée, d’un point de vue purement pragmatique, ai-je intérêt à avoir un mec ? On me rétorquera « mais l’amour, gna gna gna » moi je veux bien mais sans déconner les gens, on vit dans le monde le plus utilitariste de l’Histoire, et vive la reproduction sociale. Bon. Moi je vis avec mon temps.

La question du réveil est à l’évidence l’une des plus délicates que l’on puisse imaginer, étant donné que se réveiller avant 9 heures est selon moi un crime contre l’humanité, une vision qui n’est partagée ni par Nicolas Sarkozy, ni par la majorité des employeurs hélas. Alors que, ne faisons pas l’autruche, dormir c’est la vie (si vous n’êtes pas d’accord, libres à vous, mais sachez que je vous enveloppe de mon intégral mépris) (même si j’ai bien conscience que ça vous en touche l’une sans faire bouger l’autre), il s’agit donc ici d’envisager d’avoir son sommeil perturbé par une entité (le « mec ») susceptible de provoquer divers désordres dans le sommeil : ronflements, mouvements nocturnes et surtout, horreur, le réveil nécessaire pour arriver à l’heure au travail. Oui parce que la plupart des gens se lèvent avant 9 heures. Même moi, ça m’arrive, mais dans ce cas je m’en plains abondamment à l’humanité qui m’entoure. Cruauté. Torture. On notera cependant un avantage éventuel : trouver tout disponible un homme à qui se plaindre des divers défauts de ma vie, qui sont grands et nombreux. Vous me direz que cela nous ramène à un autre problème, qui est de GARDER le mec. Eh bien, chaque chose en son temps. Audaces fortuna juvat (j’aime émailler mes élucubrations de citations latines, je trouve que ça fait meilleur effet, cela les sériosifie en quelque sorte).

Funny-pictures-of-couples-sleeping.jpg

L’un des autres désavantages de la mise en couple (et plus encore de l’emménagement) est de ne pas pouvoir, à terme, cacher à l’autre l’ampleur de ses fautes de goût. Autant au début d’une relation passeras-tu systématiquement une heure dans la salle de bains ex ante, et feras-tu péter le shorty en dentelle noire qui te gratte le cul, autant la culotte de grand-mère risque de repointer rapidement le bout de son nez. Et sera-t-il possible d’écouter Britney à fond les ballons dans le salon ? VOIRE d’avouer mon appétence pour la chanson phare de Frozen, Let it go, passion que je partage avec toutes les fillettes de moins de 6 ans de ce pays (même si, faut pas déconner, je l’écoute en anglais) ? Faut-il que je cesse de me présenter comme une femme raffinée et intellectuelle ? En même temps, je vais pas faire semblant, j’aime Disney ET Stendhal ET Bourdieu ET Britney (Work bitch !).

so-then-i-told-her-i-need-my-space

Ces mêmes sexistes sont tout à fait scandaleux, mais c’est l’idée.

Dans cette même catégorie se placent un certain nombre d’activités que l’on pratique, comme le dit la sagesse populaire, « avec un plaisir coupable » : se couper les ongles dans son bain, s’épiler fébrilement au milieu du salon, changer les draps alternativement tous les deux jours ou tous les trois mois, boire du coca light à tous les repas, se nourrir de pâtes japonaises déshydratées. Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout.

Mais enfin, on a beau dire, le néant et l’infini, on n’a pas non plus des apparts extensibles à Paris ce qui nous amène à un insoluble problème, celui de la place. Faire de la place pour un homme, soyons lucides, on n’est pas rendus (j’ai l’impression de passer tout ce post à expliquer que je suis en train de dévoiler la Vérité : tout soudain, cela me semble louche, extrêmement louche, mais passons). Après un rapide calcul estimatif, il appert qu’il me faudrait, pour laisser la place aux frusques d’un homme dans ma penderie, renoncer à la moitié de mes robes, jupes, chemises, t-shirts et autres futilités fondamentales. Effroi. On a beau se proclamer révolutionnaire, on s’attache à ces petites fripes, à ces attestations de notre existence sensible, à ces tributs de la boboïtude.

Bref, c’est terrible, si je veux vivre avec un homme, va falloir faire de la place ; moi qui aime tant m’admirer en tête à tête avec moi-même ; si c’est pas malheureux.

Il va falloir qu’il soit vraiment exceptionnel, cet homme.

Capture d_écran 2017-03-27 à 18.24.46