Des types de festivaliers hipsteurs

Etant une adepte de musique pointue prête à tous les sacrifices pour avoir l’air d’une hipsteure musicale alors que je ne sais pas faire la différence entre Céline Dion et Metronomy, je me rendis ce ouïque-ènnde (j’ai décidé de franciser un peu l’orthographe, car au fond QUE FAIT L’ACADEMIE FRANCAISE ? rien de rien), sur les conseils avisés de Madmoizelle Babouchka qui aime les trucs russes et branchés (ce qui n’est PAS FORCEMENT cumulatif, même si la barbe de Raspoutine est à donf dans la tendance : mais pensons à un samovar par exemple ; ou à un roman de Tolstoï. Seules des pensées d’ennui profond vous viennent en tête. CQFD) ; donc bref je me rendis ci-avant ce samedi à un festival de la branchitude ultra-aigüe que même j’en ai plus rien à foutre d’être la voisine de ces foutus Daft Punk et de ne pas savoir quelle gueule ils ont alors que je suis plus célib’ que Jeanne d’Arc (kikoo les Daft Punk si tu m’entends, vox clamans in deserto, je suis disponible merci bisous).

En plus c’est trop la classe parce que comme le festival s’appelle Pitchfork (Pitecheforque pour les amis de la langue française), les gens PAS AU COURANT croient tout de go que tu es partie en Angleterre les pieds dans la gadoue et les oreilles dans la musique (non, ça c’est Glastonbury les enfants), alors que pas du tout t’es allée bouffer des ôte-dogues à la grande halle de la Villette en te glorifiant de faire partie des appi fiou qui ont tout compris à la vie. Et je vous raconte même pas les stands de chopinngue avec des robes vinetèje mais JAPONAISES : peut-on être plus branchée les 20 doigts dans la prise de terre ? Je ne crois pas.

Sens-tu la branchitude profonde qui se dégage de cette photo?

Sens-tu la branchitude profonde qui se dégage de cette photo?

Cependant, force fut de constater que malgré la densité des barbes raspoutiniennes et des robes japonaises, le branché n’est pas prémuni contre quelques travers de comportement. En voici quelques uns.

  1. La danse n’est pas toujours un instant de grâce.

Michael Jackson, paix à son âme, a éveillé dans nombre de trentenaires (évidemment Pitcheforque est rempli de trentenaires, âge glorieux de l’épanouissement de la vie et des sens mouahaha) l’envie de danser, de move son body to the risen of the music. Je ne saurais le leur reprocher. Mais les conséquences en sont parfois douteuses. Oui, DOUTEUSES en effet:

– Le qui fait des mouves de danse mais AVEC SA MAIN TENDUE. Heil mon brave ami, ai-je envie de dire, heil certes, mais tu m’empêches de voir la scène avec des gesticulation hitlériques (ou papesque, au choix : peut-être tente-t-il de bénir les musiciens ?)

– Le chargé à la MD (au fait kikoo les gens qui n’ont rien compris au marketing de la drogue, c’est de l’ecstasy la MD, seulement maintenant on dit MD parce que c’est plus branché de dire MD – comme Stringer Bell tu vois qui change la WMD en Pandemic, et Stringer Bell c’est mon futur mari alors on respecte) qui aime tout le monde (I love you, you are gorgeous, I see you totally – oui il parle en anglais parce que c’est un festival de gens cools de toute l’Europe). Il danse de façon expressive comme dit une chanson à laquelle j’ai jamais rien compris d’ailleurs. Bref, ça gesticule, ça gesticule, ça gesticuuuuuuuuule. Voire, ça sautille.

– Le jeune, face de pizza, qui a pour malheur d’être branché dans sa vingtaine (à peine) et se retrouve entouré de splendides trentenaires qui le mettent dans un état de stress sexuel intense (on le comprend, huhuhu). Généralement, il se contente de faire la bûche qui oscille vaillamment dans le vent.

– Le qui joue le morceau en même temps. Guitare, percus et tout. Même quand c’est de l’électro. Air kiss my ass.

  1. Parfois, mieux vaut ne pas être, et telle n’est pas la question

– La suicidaire qui écoute le morceau en chialant sans bouger. Au milieu d’une foule en train de danser (smooth hein, le trentenaire branché danse smooth, le pogo c’est pour les ploucs). Bref, elle regarde dans le vague ; on dirait un cadavre au milieu d’un banc de sardines frétillantes. Tout à coup, elle se barre en fendant la foule. AH CES GENS QUI ETALENT LEUR MALHEUR non mais j’vous jure.

– Le faux cool qui fume sa clope en te soufflant la fumée dans la gueule et en remuant mollement ; il profite que tu prends des notes pour venir t’emmerder « ça t’inspire ? » Oui mec, je suis en train de noter que tu es ridicule avec ta clopasse. En effet, c’est mort-né entre nous.

– Le couple collé-serré qui se roule des pelles en rythmes. Aucune pudeur, aucun respect pour les malheureux rejetés sur les rivages de la solitude amoureuse par les vagues de l’adversité.

– Le qui fait mine de connaître tous les morceaux par cœur mais en fait chante tellement à côté qu’il finit par se contenter de crier « Alleeeeeeeeeeeez ».

– Le gogol qui a dépensé son salaire dans des goodies fabriqués au Bengladesh pour être looké 100% festival. En général, lui il est célib.

3. Ma vie, mon smartphone

Merci. Bisou. Lol.

Merci. Bisou. Lol.

– Le qui filme TOUT le concert avec son téléphone.

– La qui remue son téléphone en mesure avec son écran qui dégage une lumière rouge « parce que tu vois je pourrais aussi mettre du bleu hihihi ». Béni soit le bon vieux temps de Patrick Bruel et des briquets.

– Le qui raconte tout son concert en direct par textos, vu que clairement c’est tellement génial que ce serait quand même con d’en profiter.

4. L’efficacité c’est pas fait pour les chiens, mais ça emmerde tout le monde.

– La connasse qui dépasse tout le monde au dernier moment pour se mettre tout près de la scène. Surtout que toi ça fait un quart d’heure que tu t’es positionné. Et en plus tu peux rien dire parce qu’on est à un festival de gens cools, tu vois. GNIIIIIIII.

– Le grand échalas qui bloque la vue de tout le monde du haut de son 1m95. ET EN PLUS IL PORTE UN FUCKING BONNET.

Variante : le mec de 1m95 qui prend sa meuf sur ses épaules. MA CHE CATSO FAI, STRONSO ? (l’insulte en italien, très branché)

– L’organisée qui a tout prévu pour maximiser son concert et chronomètre sa présence à chaque set pour être le mieux placée possible au suivant.

– Le picoreur qui fait des va et vient entre les scènes, un verre de bière négligemment à la main. Been there, done that, got the t-shirt attitude.

caribou-tt-width-604-height-380

Bref, c’était bien goleri. Et y avait même des balançoires et des ballons. Mais à part ça on est des adultes branchés, hein.

Une réflexion sur “Des types de festivaliers hipsteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s