Quand l’humour te lâche

Fidèles lecteurs, amis résistants à ma relouitude, gens innocents qui passez par là, il n’aura pas échappé à votre sagacité naturelle que le fond de commerce de ce blogue (et de sa tenancière l’Emmerdeuse bonnasse, sagace et solitaire (huhuhu)) est la goleritude. Belle et difficile vocation que celle de l’humour, qui vint me frapper au détour du chemin de Damas du Quick de la lose ; dans les tréfonds de la vie moisie qui t’attend (aller bouffer au Quick un dimanche soir), que faire d’autre en effet que rire ? Grâce à mon talent, mon intelligence et mon instinct social pénétrant, je devins ainsi en un tournemain une amuseuse publique, une bouffonne locale, une clown des soirée bobos. On me supplie désormais de venir animer les soirées « jarret de porc farci » ou « carpe frite » ; car chacun sait que l’estomac plein n’est rien sans une bonne marrade (ni un bon litre de gewürtz).

Hélas, la pratique de la blague n’est point toujours aisée. La plaisanterie n’est point science exacte, et il arrive parfois, reconnaissons-le, que l’inénarrable, inépuisable, ineffable et inégalable humour de l’Emmerdeuse tombe à plat. Paradoxal, me direz-vous, quand on connaît l’aspect vallonné de sa personne et de son tour de poitrine : mais ne soyons pas trop idéalistes, même un être parfait tel que moi a ses moments de faiblesse. Et toute une vie de dévouement aux autres laisse parfois la place aux ratés et, puisqu’il faut dire le mot, au fail. C’est la dure loi de la vie. Manger et être mangé.

La blague raciste.

reiser

L’un des inconvénients consubstantiels de l’humour est qu’il s’agit de se foutre de la gueule des autres. Ce qui peut vite dégénérer en sketch de Michel Leeb mal dégrossi. Parce que le mâle blanc européen c’est quand même le top du top. Le tout est donc de savoir distinguer la blague raciste DRÔLE. Je la cherche encore, mais il est sûr qu’elle existe ; enfin, s’il est vrai qu’on peut rire de tout. Cela dit, il faudrait également élucider un problème ontologique : les blagues belges sont-elles des blagues racistes ? Douloureux dilemme.

Ceci est valable également pour les blagues sur les femmes, les gros, les moches, les handicapés… Comme dirait Jean-Marie Le Pen, on ne sait plus s’amuser.

La geste incomprise.

Tout est dans le "sort of".

Tout est dans le « sort of ».

Car la blague est aussi un jaillissement du corps, une fantaisie charnelle. Tu donnes tu donnes tu donnes. Le waka-waka est en toi. Hélas, il voisine parfois la danse de Saint-Guy. Tout le monde n’est pas Michael Jackson. Mais j’en profite pour signaler à la cantonade que la danse des cheveux ne sera jamais vaincue par les sirènes de l’incompréhension de la foule ignorante. Laissez-moi danser, laissez-moi aller jusqu’au bout du rêve.

giphy-2

Oui, cela vaut aussi pour le strip-tease et l’exhibition de string, je suis au regret, croyez-le bien.

L’humour sibyllin.

9854991

Parfois l’intellect nous perd. Après trois blagues sur Rousseau, quelques piques tirées de Bourdieu et une petite allusion pas piquée des vers à la théorie de la physique quantique, ton auditoire te regarde comme ta vieille prof de terminale barbue qui faisait chier le monde. LE NIVEAU BAISSE. Bientôt l’étiage, bientôt la sécheresse, bientôt le Sahel. Viens boire à ma source, viens laper l’eau de la sagesse, pauvre assoiffé.

Les private jokes.

tumblr_inline_mlv7moPKGq1qz4rgp-2

Oui, quand vous étiez jeunes vous vous amusiez à enflammer vos pets, à chier sur le paillasson des voisins et à faire exploser des crapauds avec des cigares. Faut-il pour autant a) le rappeler à votre pote consultant engoncé dans son costume trois-pièces après son élection au conseil municipal UMP de Troulala-les-Rululu et b) ce faire lors d’une occasion socialement exposée (mariage, baptême, prise de fonctions), qui l’exposera à une vindicte/gêne/désapprobation publique. Tout dépend de l’effet souhaité. Mais gare au retour de bâton. Bref, il vaut mieux dans ce cas précis verser dans la private joke sibylline, vous en serez quitte pour un grand moment d’incompréhension gênée et les codes sociaux seront respectés à la satisfaction de tous.

Quand le rire tue le rire.

giphy

Un détail assez coton du racontage de blague tiens dans la gestion de votre propre rire, qui devra arriver au moment ADEQUAT. Trop tôt ou trop tard, et vous pénétrez dans le royaume du fiasco complet. Adieu veau, vache, cochon, couvée.

La blague de cul.

Exquise finesse des blagues de fion.

Exquise finesse des blagues de fion.

Car le cul de l’auditoire peut être coincé ou pourvu d’un balai ENFONCÉ BIEN PROFOND (tristesse du serrage de cul). Tout à fait personnellement j’ai tendance à n’en avoir rien à secouer, voire à rayer de mes amis facebook toute personne ne rigolant pas à la simple mention des mots « anus » ou « chatte poilue ». J’ai des principes, moi. Vous voilà prévenus, merci bisous lol.

BREF.

« Ne faites pas rire au point de prêter à rire », disait ce salaud d’Héraclite (en grec ancien en plus, le bougre, ça fait classe) (FACILE !) ; eh bien certes mon ami, certes, mais je ne peux me retenir de rétorquer qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs : et sans nous, les joyeux Turlurons de ce morne monde, croyez-vous que vous vivriez mieux ? Tristes et rassis comme une bande de sardines grises en boîte, bouffis d’huile putride, laissez-moi vous dire que vous n’en mèneriez pas large.

Mais à part ça on me laisse m’enfoncer dans ma merde. Eh bien je ne vous dis pas merci. Bref, ceci est un hommage à tous mes intenses moments de solitude ; on se gausse, on se gausse, et on oublie de me dire merci. Et bien je vous méprise et malgré tout, seule et incomprise, je continue ma noble tâche.

7 réflexions sur “Quand l’humour te lâche

  1. ça a été rapide…à peine publié que je suis déjà là (mais si, j’ai un boulot, pourquoi?) Personnellement, je ne suis pas très drôle comme fille, mais j’aime rire de tout (sauf de Michael Jackson….non, mais je suis sérieuse)….bref, j’adore cet article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s