Les jours de lose: la lose caniculaire

J’avais trop une bonne idée de post, de raconter que c’est quoi une vraie Parisienne, avec des trucs de la Tour Eiffel que j’y vais jamais et des talons Louboutin et aussi de comme quoi en fait c’est vraiment des trucs de gros bobos ces histoires de Parisiens, mais n’empêche que ma grand mère elle me comprend plus parce que je parle trop vite et que j’ai pas l’accent alsacien, et puis Melle Bab m’a dit que c’était cliché, et alors j’ai vu que le #RoyalBaby sa mère était né (scandale car c’est MOI la vraie duchesse de Cambridge) (le jour où William découvrira son amour pour moi je vais devenir la Camilla du futur règne et moi aussi je raconterai mes histoires de tampon au téléphone avec mon royal amant) (quoi, vous ne lisez pas Paris Match ?). Du coup je me suis mise à lire des discours de Robespierre et Saint Just et j’ai plus trop grand’ chose à dire.

Mais quelle lose les enfants je vous jure, il fait vraiment trop chaud pour réfléchir, en plus par cette chaleur intense qui fait crever les vieux c’est pas facile de se mettre au taf’ et rien qu’à imaginer la chaleur dans le métro tu fais un malaise vagal. Du coup bim tu fais une petite sieste en te disant qu’après tu vas aller acquérir avec le creux de ton découvert abyssal un petit ventilateur de derrière les fagots mais surprise, comme tu as attendu la fin de l’après-midi pour aller chez castorama parce qu’il faisait trop chaud c’est la rupture de stock sauf le dernier modèle d’exposition de la colonne dyson de refroidissement à 350 boules et non, ça non. Ton banquier va faire une attaque basse et sans fondement sur ta santé mentale. Mieux vaut éviter.

Bébé_congelé

Donc plutôt que de retourner rôtir dans ton charmant studio PLEIN SUD sa mère le soleil mais casse-toi de mon immeuble, retourne faire de l’ombre, quel CON ce Diogène franchement vas-y le mec en plus il habitait en Grèce mais par 45° à l’ombre, mais ALLÔ tu restes pas au soleil, et buvez beaucoup les vieux hein ! attention (mais sinon pas grave, ça règle quelques soucis démographiques quand même) ; donc plutôt que de regagner tes brûlantes pénates tu traînes chez Monop’ où la clim est à fond (ASTUCE : calmée par ton rhume qui traîne depuis 10 jours, tu as pris avec toi un GILET alors qu’il fait 35° à l’ombre, et tu as bien fait car chez Monop’ il fait 18). Après avoir acquis des collants violets à résilles en super soldes donc faut profiter de l’occase après tout on sait jamais, ça reviendra peut-être un jour à la mode (heureusement Melle Bab, contactée par texto, t’a dissuadée d’acheter aussi la bouteille de henné rouge « ocazou » que je voudrais me refaire la toison capillaire). Tu finis au Carrouf’ avec tes légumes à moins de 1€ (tu penses à ton découvert, quand même), mais là ô rage ô désespoir pas de clim donc dans la queue qui est fort longue parce qu’il y a pas de caissières mais franchement sans déconner et en plus elles papotent mais elles ont pas que ça à foutre et en plus y a 15 touristes qui font la queue juste pour une petite bouteille d’eau, mais retournez dans vos pays de sous-développés (t’es un peu énervée). Donc, réduite à ton animalité primale, tu te colles désespérément au rayon surgelé ; si tu pouvais, tu te foutrais à poil dans le frigo mais un dernier reste de culture bourgeoise te retient et puis que dirait ta psy ? Trop fatigant à expliquer. Tu penses aux bébés dans les congélateurs, tu es saisie de compassion pour les mères et leur geste de pure bénévolence pour sauver leur enfant d’un sort si atroce que la touffeur ambiante. Ça va libérer des tueurs en série dans la nature, ça. Tu médites à la possibilité de zigouiller tous les salauds devant toi dans la queue. Faut se calmer. Tu saisis un paquet de purée surgelée pois fèves courgettes (très bonne purée, je vous la conseille) et tu te la plaques sur les seins. Ça va un peu mieux, même si la chaîne du froid a sans doute été interrompue.

Tu rentres, fourbue de ces 30 minutes de marche chargée de purée surgelée, et tu lis ton horoscope. Gémeaux: Amour : porté disparu.

Tu te maudis de lire des journaux satiriques. Tu maudis le Royal Baby, tu cites Saint-Just sur twitter, et tu réfléchis à un écrit philosophico-politique d’importance ; ce qui donne ça. Bref, c’est la lose. Heureusement qu’y avait L’amour est dans le pré (et pas en ville apparemment) (la revanche des campagnes, on l’attendait, elle est arrivée), une émission qui vous donne des ailes et nous rappelle que la terre, elle, ne ment pas (salauds de mecs, saloperie d’horoscope !)

Et là, il est minuit, enfin la température est correcte, et t’écris un petit post tout pourri avant de te traîner jusqu’à ton lit de souffrance où tu cuiras, telle une crevette privée d’oxygène, durant la nuit de pleine lune. Encore une belle journée prolifique.

Bonne nuit les petits.

4 réflexions sur “Les jours de lose: la lose caniculaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s