La loose en vrac

Tu sais que, comment dire, une phase de grande loose est ouverte, quand :

ws_Hi,_loser_1024x768

1. Ton corps, échouage hideux au fond des golfes bruns, te lâche.

T’as grave grave mal aux dents. Tu es déjà au bord de la syncope sous l’effet de la douleur quand ton consultant dentistaire familial te dit  qu’il va falloir envisager la nécrose et la dévitalisation de la dent. Tu entends deux sons qui trottent simultanément dans ta tête : AAAAAAAAAAAAAAAAH (douleur de la dent qui se meurt) et CLING CLING CLING (les pièces qui tombent dans le petit cochon rose du dentiste). Tu te dis que mieux vaut laisser pourrir jusqu’à l’abcès puis la gangrène, histoire de faire un beau Final style Jonathan Rhys Meyer en Henry VIII. Ou comme Charles VII, moins sexy néanmoins. (Ding ! minute culture : Charles VII est mort d’un abcès dentaire, le saviez-vous ?) (l’Histoire, cette chanson de geste exaltante).

T’as grave mal au bide, pour faire bonne mesure. Y a-t-il pire loose que d’avoir MAL parce qu’on MANGE ? Et EN PLUS, à l’entrée, pendant la traversée et à la sortie ? Tu te mets à envisager le cancer parce que tout à coup t’as tellement mal à la dent que toute autre douleur te semblerait préférable, et puis faut bien crever de quelque chose, en plus t’as merdé ta manucure avec ton nouveau vernis censé avoir un rendu rouge sombre hyper chic mais plutôt du style ignoble marronnasse en vrai. (Ding ! minute culture : Jean-Luc Delarue est mort d’un cancer de l’estomac, le saviez-vous ?) (les Poubelles de l’Histoire, cette autre chanson de geste fascinante)

2. Ton myocarde, jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau, part à la dérive.

Tu parles avec une PPOA (personne précédemment objet de ton attachement) (i.e. un ex) et tu sais pas si t’es plus dégoûtée/vénère/en mode Alias mais où sont les mecs qu’il faut défoncer ? (série des plus mythiques s’il en est). Tu t’en vas taper dans un punching-ball. Ces moments dans la vie où le défoulement physique devient nécessité. Mais Attention ! le punching-ball, t’as pas le droit de viser la mâchoire. Sachez-le, petits scarabées, c’est ça l’amour : ça finit mal en général. Lâchez l’affaire. Ca sert à rien.

A ce propos, l’émir du Q. a l’air de plus kiffer Zlatan que toi, ce qui est bien normal au fond car 1. Zlatan est un joueur de foot ce qui fait qu’il a de belles jambes même s’il a une gueule de samouraï sous acide 2. Zlatan lui rapporte de l’argent alors que t’es fauchée comme les blés 3. Zlatan est sûr de lui et dominateur, alors que tu es plutôt du genre limace miaulante.

(Zlatan est un joueur de foot du PSG, les gens, suivez un peu que Diable !)

De fait, tu as décidé dans un élan de bravoure et d’amour vers le sexe masculin (ce qui est TOUJOURS une mauvaise idée) de te mettre à So Foot et à supporter le PSG, qui se met à perdre à REIMS à 11 CONTRE 10, tandis qu’un joueur de Saint Etienne se fait pratiquement découper la cheville sous tes yeux alors que t’essayais juste de regarder un peu les matchs, et pour la peine un derby corse (Ajaccio-Bastia, les gens, un peu de culture, merde !) se finit avec 5 cartons rouges. Ca fait réfléchir : porterais-tu la poisse au foot dès lors que tu t’en rapproches ? Ne valait-il pas mieux le temps béni (la semaine dernière) où le jeu pourri du PSG ne te plongeait pas dans des transes de rage ?

3. Ta vie matérielle, bateau perdu sous les cheveux des anses, s’en va à vau-l’eau.

PhD my fate, PhD my hate. Appelle-moi si tu veux qu’on discute, je ne t’oublie pas. Non, je ne te montrerai pas mes seins. Ni mes fesses. Il va falloir qu’on soit un peu civilisés, toi et moi.

Tu balances ton iphone dans les chiottes. Your iphone is dead. Or t’es totalement droguée. Et en plus t’as oublié de sauvegarder tes superbes photos de tatouages bizarres qui allait faire grave le buzz sur internet pour sauver la fréquentation fléchissante de ton blog. Item, les chiottes sont bouchées. Item, la lunette des chiottes est cassée. La machine à laver choisit l’instant pour déborder.

Stay tuned, les amis, je sens que ça ne fait que commencer. Le bateau est ivre. Du beau, du bon, du grand s’annonce.

It's not whether you win or lose 1

Et toutes mes pensées vers ceux que j’aime et qui sont vraiment dans la merde. Je `
pense à vous, et surtout à la Fleur des Marquises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s