Barbarie bus-esque / Bus-esque barbarity

Bus parisien, ton univers impitoyable… Comme l’écrivait le bon Sartre, le bus est le lieu par excellence des individus en série, une « pluralité de solitudes » qui se juxtaposent sans lien les unes avec les autres, voire se carambolent et dégénèrent en conflit violent.

Concrètement : tout le monde veut la meilleure place assise, tout le monde pense la mériter. De mon point de vue (un exemple au hasard…), j’ai clairement droit à la meilleure place dans le bus (fenêtre, plutôt vers l’arrière et pas trop loin de la porte, merci), car 1. j’ai des talons et ça fait mal au dos 2. je porte souvent des trucs lourds dans mon sac 3. j’ai parfois des chutes de tension et je tombe dans les pommes quand j’ai trop chaud et que je suis fatiguée (donc par excellence quand je suis dans un bus). Alors, hein, les femmes enceintes, les vieux, les enfants, vous passez votre tour merci. Et même si j’ai l’air d’une fille jeune et en bonne santé je suis une fragile petite chose qui a BESOIN de son siège plus que tous les autres.

Le pire bien entendu ce sont les vieilles (pardon : « les personnes âgées », soyons politiquement correcte). Elles montent vite au créneau pour les places assises, soit en se plaçant en face de vous l’air épuisé, soit carrément en vous demandant de dégager. J’avoue, c’est moralement mal de ne pas (vouloir) céder sa place à une personne « fragile », mais qui d’entre nous le fait volontiers ? Le bus est barbare car c’est le « chacun pour soi » dans toute sa violence, sans compter qu’en région parisienne il faut y ajouter les interminables embouteillages (le stress monte quand on voit qu’on va avoir 5, 10, 15… minutes de retard, ce qui ajoute à l’énervement ambiant) et en heure de pointe la compression des corps qui rend la lutte pour une place assise encore plus féroce. Et qui ne hait-on pas plus que le malheureux chauffeur quand il freine d’un coup sec et que le bus bondé donne lieu à de violents contacts physiques (marchage sur le pied, coups de cul, ou autre) ?

Bref, tout cela est consternant sur la nature humaine, et je dois avouer que j’ai parfois un peu honte de mon comportement de prédatrice, mais reconnaissons-le, le bus c’est chacun pour soi et Dieu pour tous !

Je citerai donc pour finir les paroles du générique de Dallas qui traduisent bien les relations humaines que tout un chacun expérimente dans le bus (j’aime particulièrement la répétition dans les trois dernières strophes) :

Dallas ton univers impitoyable
Dallas glorifie la loi du plus fort
Dallas et sous ton soleil implacable
Dallas tu ne redoutes que la mort 

Dallas patrie du dollar du pétrole
Dallas tu ne connais pas la pitié
Dallas le revolver est ton idole
Dallas tu te raccroches à ton passé

Dallas malheur à celui qui n’a pas compris
Dallas un jour il y perdra la vie
Dallas ton univers impitoyable
Dallas glorifie la loi du plus fort

Dallas malheur à celui qui n’a pas compris
Dallas un jour il y perdra la vie
Dallas ton univers impitoyable
Dallas glorifie la loi du plus fort

Dallas malheur à celui qui n’a pas compris
Dallas un jour il y perdra la vie
Dallas ton univers impitoyable

Parisian bus, your ruthless universe [1]… As the good Jean-Paul Sartre once wrote, the bus is the archetypal the place of individual in series, a “plurality of solitude” that are juxtaposed without any link to each other, or even collide with each other and degenerate into a violent conflict.

In concrete terms, everyone wants the best seat, everyone thinks he deserves it. From my point of view (a random example…), I’m clearly entitled to the best seat in the bus (window, rather in the back and not to far from the door, thanks) because 1. I’m wearing high-heeled shoes 2. I often carry heavy things in my bag 3. I have low blood pressure and I tend to faint when I’m warm or tired (par excellence when I’m in a bus). So, eh, pregnant women, old people, children, skip your turn, thank you! Even if I look like a young and healthy girl, I am a fragile little thing who NEEDS a seat more than every other person.

Of course, the worst are the old women (sorry: “the elderly women”, let’s be politically correct). They quickly step into the breach, either by placing themselves in front of you, looking exhausted, or by directly asking you to get lost. I must admit it’s morally bad not to (want to) step aside for a “fragile” person, but who, among us, does it gladly? The bus is barbarian because it’s “every man for himself” in its raw violence, quite apart from the fact of never ending traffic jam in the Parisian urban region (stress increases while you realize you’re going to be 5, 10, 15 minutes late, which adds to the prevailing irritation), and of the bodies’ compression during rush hours that makes the struggle for a seat even more ferocious. And whom do you hate more than the poor bus driver when he slams on the brake and when the packed bus provokes violent physical contact (walking over other’s feet, bottom’s kick, or else)?

In short, all this is very distressing on the human nature, and sometimes I’m ashamed of my predatory behaviour but let’s face it, in the bus it’s every man for himself and God for us all!

To finish, I’ll quote the lyrics of Dallas’ opening credits that translate very well the human relations every one experiments in a bus (I particularly like the repetition of the last three stanze):

Dallas your ruthless universe
Dallas glorifies the survival of the strongest
Dallas and under your implacable sun
Dallas all you fear is death 

Dallas home of dollar and oil
Dallas you feel no mercy
Dallas the revolver is your idol
Dallas you hold on to the past

Dallas woe to the one who didn’t understand
Dallas some day he will lose his life
Dallas your ruthless universe
Dallas glorifies the survival of the strongest

Dallas woe to the one who didn’t understand
Dallas some day he will lose his life
Dallas your ruthless universe
Dallas glorifies the survival of the strongest

Dallas woe to the one who didn’t understand
Dallas some day he will lose his life
Dallas your ruthless universe.

1. This is an allusion to the French opening credits of the TV show Dallas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s