Boston

Boston, c’est un peu le Zurich des Etats-Unis. Net, propre, riche et sans bavure. Oh si, une grosse bourde: une immense autoroute qui coupait la ville en deux jusqu’à il y a quelques années. Mais quelques millions de dollars ont aidé à enterrer cette disgracieuse artère, aujourd’hui remplacée par des parcs. Bref, à Boston y a du fric et ça se voit. A Harvard aussi d’ailleurs. Et comme on va par là, le touriste qui se balade dans le centre est frappé par la pâleur du passant… Il faut croire que les 23% de Noirs recensés en 2008 se trouvent plutôt parqués dans des ghettos. Une proportion comparable à NY mais je ne l’avais pas remarqué dans la rue!

Mais c’est très joli c’est vrai. Plein de briques bien briquées, de vitres bien vitrées, de brownstones dans leur jus. Et puis plein d’épisodes de la « Révolution » (la guerre d’Indépendance comme on dit en France) avec leurs héros locaux qu’on ne connaît ni d’Adam ni d’Eve ni du serpent de l’autre côté de l’Atlantique: par exemple le fameux Paul Revere, qui se leva la nuit pour prévenir les Patriotes que les Angliches allaient débarquer, un acte de fol courage de ce huguenot français remarquable (c’est moi où les Huguenots français sont partout?)

Bref, loin de moi l’idée de faire une critique acerbe de la dimension mythique et positive de la « Révolution » américaine (qui était je le maintiens une guerre d’indépendance à la sauce droits-de-l’hommiste mais pas trop quand même les esclaves c’est bien utile), mais tout cela nous rappelle quand même que ce grand pays que sont les Etats-Unis fut d’abord une périphérie, et bien paumée par-dessus le marché. Pour cela, il suffit de visiter la nouvelle aile « arts américains » du Museum of Fine Arts (vraiment magnifique par ailleurs) pour tomber sur d’inénarrables chefs-d’œuvres plus vernaculaires qu’artistiques. On en trouve du même genre au musée Alsacien à Strasbourg…

Ah la Révolution française quand même! 10 fois plus de morts que l’Américaine (c’est pas pour se vanter mais quoi), rien que ça, pour défendre la Nation en danger, couper la tête à un roi, noyer les prêtres et se retrouver avec Napoléon qui a remis ça un bon coup!

Ce n’est pas non plus une raison pour pavoiser, car ce petit cochon est devenu grand! Les civilisations se succèdent et nous dans la vieille Europe nous écrivons des blogs aigris sur la petitesse des Américains il y a 300 ans.

Et pour finir quelques vers d’Apollinaire:

Je suis écoeuré de vivre en ce monde ancien

L’Europe laide et fardée comme une vieille putain

Tout sent l’Antiquité la Grecque et la Romaine

Et même les automobiles ont l’air d’être anciennes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s